NOUVELLES
16/07/2019 09:57 EDT

Vague de chaleur sans précédent dans l'Arctique

Il fait plus chaud au Nunavut qu'à Victoria en Colombie-Britannique.

Linus Strandholm / EyeEm via Getty Images
Photo d'archives d'Iqaluit au Nunavut.

Des climatologues concentrent actuellement leur attention sur la communauté “au nord du nord” de la planète, qui connaît cet été une vague de chaleur sans précédent.

Environnement Canada a confirmé que la station “Alert” de l’armée canadienne, à l’extrême nord du Nunavut, avait enregistré dimanche une température record de 21 degrés. Le lendemain, les membres du poste d’écoute militaire au sommet de l’île d’Ellesmere bénéficiaient à midi d’un très inhabituel 20 degrés - le mercure est même monté un peu en après-midi.

En fait, dimanche et lundi, il faisait plus chaud à la station Alert qu’à Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique, réputée pour son climat doux et tempéré. Dave Phillips, climatologue en chef à Environnement Canada, soutient qu’une telle vague de chaleur au sommet du monde équivaut en fait à un mercure de 42 degrés le jour à Toronto. “On n’a jamais vu ça.”

Un porte-parole de l’armée a déclaré que personne à la station de haute sécurité, qui surveille les signaux et les communications électroniques, n’était disponible pour dire si les soldats avaient troqué le parka pour des gougounes.

M. Phillips souligne qu’il ne s’agit là que de la plus récente anomalie observée au cours d’un été long et chaud dans l’Arctique. À Iqaluit, au Nunavut, on a vu le mercure grimper jusqu’à 23,5 degrés mardi dernier - un niveau jamais enregistré un 9 juillet. L’Alaska a connu son deuxième mois de juin le plus chaud de toute l’histoire moderne.

Les records sont fracassés les uns après les autres - et pas par quelques décimales, précise M. Phillips, qui croit qu’on n’a encore rien vu. “Nos modèles météorologiques pour le reste de l’été nous disent: faites-vous à l’idée.”

Dans le cas d’Alert, la source de cette météo plus balnéaire qu’arctique est un important courant d’air qui aurait trouvé son chemin, on ne sait trop comment, vers le nord à partir du sud-est des États-Unis, a expliqué le climatologue.

Cela pourrait être lié à des changements dans le courant-jet, ce flux d’air rapide à haute altitude qui se déplace d’ouest en est. Ce courant-jet a ralenti ces dernières années et est devenu plus instable, tournant parfois en boucle beaucoup plus au nord ou au sud qu’en temps normal.

De nombreux scientifiques pensent que ces changements résultent - au moins en partie - de la fonte des glaces de mer. M. Phillips, lui, se fait prudent quant aux causes, mais “avec des températures jamais vues auparavant, vous ne pouvez pas en déduire que les changements climatiques ne constituent pas un facteur”.

À VOIR: les arbres, la solution pour freiner le réchauffement climatique?