NOUVELLES
20/10/2020 10:47 EDT

La professeure suspendue par l'Université d'Ottawa reçoit l'appui de 579 collègues

Des professeurs de cégeps et d'universités dénoncent le traitement dont elle a été l'objet.

Marc Bruxelle via Getty Images

MONTRÉAL — Une lettre signée par 579 professeurs de cégep et d’université dénonce le traitement infligé à l’une de leurs collègues, Verushka Lieutenant-Duval, qui a été suspendue de son poste par l’Université d’Ottawa pour avoir prononcé le  mot commençant par N dans un cours, même sans intention malicieuse.

La professeure Lieutenant-Duval a été réintégrée dans ses fonctions vendredi dernier, mais dans leur lettre transmise au journal Le Devoir, les nombreux signataires affirment qu’elle a été victime d’un grave précédent qui attaque de front la liberté d’enseignement.

La lettre soutient que l’Université d’Ottawa se trompe de cible. Ses auteurs écrivent qu’on ne s’attaque pas au problème du racisme en punissant et en interdisant l’enseignement des mots, des œuvres et des auteurs qui, au contraire, le révèlent et le combattent explicitement. Le contexte social et le clientélisme ne peuvent prévaloir sur la connaissance et sa diffusion, affirment-ils.

Lundi, le recteur de l’Université d’Ottawa, Jacques Frémont, a expliqué la professeure, qui fait partie du groupe majoritaire, a commis un impair envers une minorité en mentionnant le mot honni. Il a dit que les membres des groupes dominants n’ont tout simplement pas la légitimité pour décider ce qui constitue une micro-agression.

Le recteur Frémont a rappelé que l’Université d’Ottawa a vécu depuis plus d’une année et demie des incidents racistes ou à caractère raciste et que la direction a pris l’engagement de travailler à remédier à la situation.

Les signataires de la lettre affirment qu’il est urgent que les institutions d’enseignement supérieur se dotent d’une politique claire afin de protéger l’intégrité des connaissances et de ses passeurs. À leur avis, cela doit passer entre autres par la reconnaissance du droit au désaccord raisonnable et à celui du principe de charité.

Les 579 signataires de la lettre déplorent les obstacles mis sur les épaules de ceux qui tentent de diversifier le contenu de leurs cours.

Verushka Lieutenant-Duval est professeure en histoire et théorie de l’art au Département d’arts visuels de l’Université d’Ottawa.