TÉMOIGNAGES
09/09/2020 11:00 EDT

Ce que j'ai appris sur les hommes et le désir en tant que femme grosse et travailleuse du sexe

La vérité, c'est que les hommes désirent vraiment toutes sortes de corps.

Luis Alvarez via Getty Images

Souvent, quand je dis aux femmes que j’ai été travailleuse du sexe, elles me regardent de haut en bas et disent: «Vraiment?» J’ai probablement droit à cette réaction parce que je mesure 1,80 m et pèse 80 kg, et que je ne corresponds pas à l’idée qu’ils se font de ce à quoi ressemble une travailleuse du sexe.

Le grand public a beaucoup d’idées préconçues sur les travailleuses du sexe, et l’une des plus fortes d’entre elles, d’après mon expérience, est la conviction que les travailleuses du sexe ressemblent toutes à Julia Roberts dans «Pretty Woman» et que les hommes désirent une travailleuse du sexe seulement si elle est mince.

Je suis ici pour vous dire que tout ça est faux.

Je suis humaine et imparfaite, et j’ai travaillé comme escorte pendant plus de dix ans.

Je n’ai absolument pas un physique parfait et je suis ce que mon médecin appelle «obèse». J’ai un gros ventre rond couvert de vergetures roses, des seins tombants, des aréoles qui, selon mon premier copain, ressemblent à des «pepperonis» et une moustache qui nécessite une épilation régulière. Je suis humaine et imparfaite, et j’ai travaillé comme escorte pendant plus de dix ans.

J’ai commencé comme escorte à temps plein sur le défunt site Backpage.com. Je ne me suis pas présentée comme une escorte «BBW» (Big Beautiful Woman), mais simplement comme une escorte, comme toutes les autres filles sur Backpage. Je n’ai jamais eu aucun problème à attirer des clients.

L’année dernière, je suis allée dans un club de strip-tease pour passer une audition de danseuse. Le gérant a manifestement trouvé amusant que quelqu’un comme moi essaie de trouver un emploi de danseuse, et il m’a dit que j’étais «trop grande». Compte tenu de ce que je sais d’expérience, à savoir que beaucoup d’hommes préfèrent les femmes de ma taille, pourquoi un club ne voudrait-il pas avoir autant de diversité que possible pour attirer le plus grand nombre de clients? Pour moi, c’est simplement une question de bon sens commercial.

Mais l’hétéronormativité des clubs de strip-tease est un exemple de la façon dont les hommes contrôlent le désir des autres hommes. Le club est comme un bocal à poissons pour le désir «acceptable», où la plupart des artistes sont des femmes minces sans imperfections visibles et où Dieu leur interdit d’engager plus d’une femme de couleur par club. Les clubs de strip-tease ne sont en eux-mêmes qu’un microcosme du monde en général, reflétant les valeurs de la culture patriarcale hétéronormative, suprémaciste et blanche, qui existe et prolifère bien au-delà du club.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à propositions@huffpost.com et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Ce que j’ai appris de mes nombreuses années d’escorte, c’est que les hommes passent beaucoup de temps à prendre position pour d’autres hommes en ce qui a trait à la désirabilité. En privé, c’est souvent une tout autre histoire, parce que les hommes sentent qu’ils peuvent exprimer leur désir librement.

Tout le monde peut être travailleur du sexe. Il n’y a pas de conditions préalables à la beauté. Y a-t-il des normes de beauté merdiques basées sur la culture patriarcale de la suprématie blanche? Oui, en effet. Mais les travailleurs du sexe qui n’entrent pas dans une boîte étroite peuvent et gagnent toujours très bien leur vie. Il y a un marché pour chaque type de corps, même s’il est vrai que tous les marchés ne sont pas égaux.

Lorsque j’étais bénévole pour un syndicat de travailleurs du sexe à Kolkata, en Inde, j’ai rencontré une octogénaire dans le quartier chaud de la ville, qui travaillait toujours comme prostituée et avait de nombreux habitués. Est-ce que c’est plus facile à 25 ans? Probablement. Mais ça ne veut absolument pas dire qu’il n’y a pas d’hommes qui veulent être avec vous si vous avez entre 25 et 85 ans. La différence est que les hommes (en tant que groupe) ne veulent pas que vous sachiez que les hommes (en tant qu’individus) ne veulent pas nécessairement une compagne de jeu Playboy.

Cela dit, il faut se rendre compte que les normes de beauté racistes, colonialistes et transphobes sont une réalité absolue et dictent trop souvent les préférences sexuelles des hommes (en particulier des hommes blancs cisgenres) d’une manière qui affecte vraiment négativement les plus marginalisés.

La femme de couleur au teint plus foncé est ignorée au bordel, ou la fille trans qui ne «passe» pas tout à fait, ne reçoit pas autant de demandes sur les sites que les autres femmes. Tout le monde peut être désiré, mais il faut dire que de nombreuses femmes – de couleur, trans et surtout trans de couleur – ont des barrières et des obstacles supplémentaires par rapport aux femmes plus privilégiées – blanches et cisgenres.

Les travailleuses blanches et cisgenres ont infiniment plus de facilité à se faire connaître précisément parce que ces identités sont centrées, tandis que les identités qui n’y correspondent pas sont considérées comme «autres» et se heurtent à davantage d’obstacles pour gagner un revenu régulier.

Mais la vérité – dans le calme de ma chambre quand je suis assise avec un client – c’est que les hommes désirent vraiment toutes sortes de corps.

La société m’a menti. Il y a des hommes qui désirent plus que les Pamela Anderson de ce monde.

Ainsi, en tant que survivante d’abus commis par de très nombreux hommes et ayant des raisons très valables de ne pas faire confiance aux hommes, apprendre ça m’a permis de me sentir libre de rencontrer des hommes non pas avec haine et méfiance, mais en sachant que les hommes ne doivent pas toujours être l’ennemi. Peut-être que le patriarcat m’a fait du mal, mais peut-être qu’il leur en fait aussi un peu baver.

Peut-être que je gaspillais beaucoup trop d’énergie à me cacher le ventre ou à faire en sorte que le mec éteigne les lumières pendant l’acte ou à aller aux toilettes dix fois pendant un rendez-vous pour m’assurer que mon maquillage était toujours impeccable. La société m’a menti. Il y a des hommes qui désirent plus que les Pamela Anderson de ce monde.

Et le vrai secret – je pense que les hommes veulent vraiment que nous, les femmes, le sachions, quand ils n’ont pas d’autres hommes qui les regardent – c’est que de se laisser voir comme imparfait et humain est complètement et totalement désirable. Et le fait de me laisser voir et désirer sans aucune concession est l’un des plus grands cadeaux que le travail du sexe m’a fait.

Ce texte, initialement publié sur le HuffPost États-Unis, a été traduit de l’anglais.