NOUVELLES
11/10/2020 17:17 EDT

Applications cryptées: l'alliance des «Five Eyes» veut des voies d'accès

Les responsables de la justice des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande ont déclaré que l’essor de ces applications posait «d’importants défis à la sécurité publique».

Silas Stein/picture alliance via Getty Images

Les pays formant l’alliance dite des «Five Eyes» ont plaidé dimanche pour que les entreprises de la tech installent des «back doors», ou voies d’accès, dans les applications cryptées pour permettre à la police d’y accéder en cas de besoin.

Les responsables de la justice des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande ont déclaré dans un communiqué que l’essor des applications comme Signal, Telegram et WhatsApp posait «d’importants défis à la sécurité publique».

«Le cryptage est crucial, et la vie privée ainsi que la cybersécurité doivent être protégées, mais cela ne devrait pas se faire en empêchant complètement la police, et l’industrie de la tech elle-même, de pouvoir agir contre les contenus et activités illégales en ligne les plus graves», ont-ils écrit.

Ils ont donc appelé les compagnies de la tech à permettre à la police d’accéder à ces applications «dans un format lisible et utilisable».

L’Inde et le Japon ont également signé le communiqué.

Des policiers se plaignent régulièrement, à travers le monde, des difficultés posées par le cryptage aux enquêtes criminelles.

Les défenseurs de la vie privée arguent eux que permettre aux policiers d’accéder aux communications d’un utilisateur peut par exemple mettre en danger des militants pro-démocratie.

Le communiqué des «Five Eyes» assure que la proposition de l’alliance impliquerait de demander des garde-fous.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!