NOUVELLES
04/02/2020 09:36 EST

Chaos au caucus de l'Iowa: ce qui s'est passé

Vous voulez semer la confusion lors d'un caucus? Il y a une application pour ça!

DES MOINES, Iowa — Une nouvelle application mobile était censée aider les responsables démocrates à recueillir rapidement des informations auprès de quelque 1700 sites de caucus dans l’Iowa. Cette application est maintenant plutôt blâmée pour les retards qui ont fait en sorte que les résultats demeuraient inconnus, au lendemain de ce premier test pour les candidats démocrates.

Des problèmes avec cette nouvelle application mobile, lundi, ont semé la confusion, et certains organisateurs de caucus ont été obligés de donner les résultats par téléphone, pour que le quartier général du parti dans l’État les enregistre manuellement, ce qui a causé des retards et a ajouté une possibilité d’erreur humaine. Le président du Parti démocrate de l’Iowa, Troy Price, a souligné que les retards n’étaient pas le résultat d’un piratage ou d’une intrusion.

Le parti a déclaré qu’il prévoyait publier des données plus tard mardi après avoir vérifié manuellement ses données par rapport aux sauvegardes papier.

Le président démocrate du comté de Des Moines, Tom Courtney, a affirmé avoir entendu dire que dans certaines circonscriptions de son comté, y compris la sienne, l’application mobile avait été «un désastre». Lorsque les dirigeants de la circonscription ont appelé le siège du Parti démocrate, «ils ne répondaient pas au téléphone», a ajouté M. Courtney.

Ces problèmes sont embarrassants pour cet État qui a longtemps cherché à protéger son statut de premier caucus aux primaires présidentielles. Le retard pourrait certainement devenir un argument pour les critiques qui soutiennent que les caucus — ces réunions de parti qui peuvent être chaotiques, bondées et désordonnées — sont désuets et une source d’exclusion.

Le Parti démocrate de l’Iowa a choisi d’utiliser le nouveau système malgré des avertissements quant à la possibilité de piratage et de problèmes techniques. Les responsables du parti ont déclaré avoir pris de nombreuses mesures de sécurité et maintenu que toute erreur serait facilement corrigible grâce à des sauvegardes, notamment sur papier.

Mais les organisateurs qui ont géré des circonscriptions dans l’Iowa n’ont pas pu tester l’application au préalable. Les responsables du parti de l’Iowa avaient indiqué qu’ils n’enverraient pas la nouvelle application mobile aux présidents de circonscription avant les caucus, afin de réduire la fenêtre pour toute interférence.

Certains présidents de circonscription ont affirmé qu’ils avaient eu du mal à télécharger ou à se connecter à l’application et qu’ils ne l’ont donc pas utilisée.

Les applications fonctionnaient à peine lundi soir, selon une personne impliquée dans le traitement des données qui a demandé l’anonymat pour discuter du système interne du parti. Cela a forcé les aides du parti à compiler les résultats des circonscriptions par téléphone et à les saisir manuellement dans une base de données. Les fonctionnaires ont dû utiliser des photos des résultats pour les valider et s’assurer de leur exactitude.

Jonathan Green, qui présidait une circonscription dans Lone Tree, a déclaré que lorsqu’il tentait de mettre les résultats dans l’application, il recevait toujours un message d’erreur.

Il a ajouté qu’il avait finalement abandonné et tenté de communiquer les résultats au parti par téléphone. Comme d’autres, il a été mis en attente pour une période prolongée. Finalement, il a fallu des heures pour communiquer les résultats, a-t-il expliqué.

Le ralentissement a été exacerbé par le fait que le parti tentait pour la première fois de rapporter trois ensembles de données différents — un décompte initial du soutien de chaque candidat, un décompte après que les partisans se sont réalignés et les gagnants des délégués de l’État.

La campagne du président Donald Trump s’est rapidement emparée de la situation pour semer le doute sur la validité des résultats.

«Contrôle de la qualité = truqué?», a écrit le directeur de campagne de M. Trump, Brad Parscale, sur Twitter, lundi soir, ajoutant un emoji aux sourcils froncés.