NOUVELLES
20/12/2019 09:06 EST

Le photographe de presse Antoine Desilets est décédé

Il a été le père de la photographie de presse au Québec.

MONTRÉAL — Le photographe de presse Antoine Desilets s’est éteint, jeudi, à l’âge de 92 ans.

Primé maintes fois sur diverses tribunes, il a donné son nom aux prix qui honorent chaque année les photographes ayant produit les meilleures photos de presse au Québec.

Sa famille a annoncé la triste nouvelle sur son compte Facebook, disant qu’il s’était éteint jeudi, à 19h30, entouré de sa femme Jeannine, «l’amour de sa vie», de ses enfants, petits-enfants, brus et gendres, «de façon sereine et digne».

 

Aujourd’hui photographe à Radio-Canada, Ivanoh Demers a d’abord connu Antoine Desilets alors qu’il publiait une chronique dans La Presse+. Y voyant un symbole de transmission du métier, il avait consacré sa toute première chronique à un portrait de son prédécesseur en octobre 2014.

«C’était un grand grand passionné de la photographie. C’est ce qui m’a fasciné. On ne parlait pas de technique, on parlait de passion», a confié celui qui s’est lié d’amitié avec M. Desilets au cours des dernières années malgré les quatre décennies qui les séparent.

Il se souvient de nombreuses conversations sur le métier et d’une phrase que répétait souvent le pionnier en observant le travail de certains membres de la relève.

«Il disait souvent, “il y a bien des photographes qui regardent, mais ils ne voient pas”», partage Ivanoh Demers très ému d’apprendre le décès d’un ami dont il a pu croquer le portrait une dernière fois en janvier.

«La photo c’est de la technique, mais c’est de l’art, puis lui, c’était un maître dans les deux», décrit-il pour expliquer l’immense qualité du travail d’Antoine Desilets.

 

Pour Paul Chiasson, photographe à La Presse canadienne, l’art d’Antoine Desilets était de dénicher l’angle oublié par les autres collègues derrière leur lentille. «Il était très innovateur dans la manière de trouver l’angle que personne n’avait», se souvient-il.

Antoine Desilets a notamment oeuvré à «La Presse» de 1961 à 1974, puis au journal «Le Jour» pendant deux ans.

Il a été désigné photographe de presse de l’année en 1966, 1968 et 1969 par la National Press Photographers’ Association North America, sections Canada et État de New York. En 1967, il obtient une mention spéciale à la World Press Photo, une première au Canada.

Ayant marqué de nombreux artisans, Antoine Desilets a publié plusieurs ouvrages au fil de sa carrière.

En 1982, la ville de Paris lui remet le premier prix du Musée de la Photographie pour son livre «Découvrez le monde merveilleux de la photographie». Il a été professeur invité de l’École du Cesti de l’Université de Dakar pour des cours de photojournalisme.

Ayant fait l’objet de plusieurs expositions, il était présenté par plusieurs comme le «père du photojournalisme au Québec».

Antoine Desilets était né à Montréal en 1927, et avait d’abord oeuvré comme photographe industriel.

À voir également: