Votre animal se gratte? Ce n’est peut-être pas anodin

Au Canada, 2,4 millions de chiens souffrent de problèmes dermatologiques nécessitant des soins, selon le fabricant de nourriture pour animaux Royal Canin.

Votre compagnon à quatre pattes prend maintenant plus de temps à se gratter qu’à dormir ou à envier ce que vous mangez… Il y a quelque chose qui cloche et ça peut même être grave. Le vétérinaire Dr. Frédéric Sauvé explique comment repérer et traiter les problèmes dermatologiques avant qu’ils dégénèrent.

Tous les chiens se grattent. Quand faut-il commencer à s’inquiéter sérieusement?

«Bien qu’un certain degré de démangeaisons puisse être considéré comme normal chez les chiens, des démangeaisons excessives, une perte de poils, une peau rouge, une irritation ou même le fait de se mâchouiller les pieds peuvent indiquer qu’il est temps de consulter un vétérinaire afin d’évaluer la peau de l’animal, son pelage et les oreilles.»

C’est important de porter une attention au comportement de votre animal de compagnie, particulièrement au cours des mois chauds lorsque les problèmes de peau peuvent progresser rapidement dûs à la chaleur et l’humidité.

Du grattage ou du toilettage excessif sont des indicateurs communs que votre chien a un problème cutané.»

Quelles conséquences peut-il y avoir si on ne traite pas le problème dermatologique de notre chien?

«Au Canada, 2,4 millions de chiens souffrent de problèmes dermatologiques qui requièrent un plan de traitement du vétérinaire. Ces désordres cutanés peuvent occasionner chez les animaux de compagnie un grand inconfort et peuvent réduire de façon significative leur qualité de vie en général.

S’ils ne sont pas traités, cela peut mener à une multitude de troubles de santé plus graves, mais heureusement rares, telle qu’une infection des tissus profonds ou même généralisée, une réaction allergique grave, etc.»

À part le grattage excessif, quels autres comportements peuvent indiquer un problème cutané sérieux?

«Parmi d’autres comportements plus subtils, notons une peau squameuse (pellicules sur le chien), un changement de couleur des poils entre les doigts secondaires dû à un léchage excessif, une forte odeur, le signe du « traîneau », une peau ou un pelage graisseux, et les irritations. Ce ne sont pas tous les chiens qui présenteront les mêmes symptômes. Il est donc important de prendre en considération le tempérament de votre animal, sa race et son mode de vie.»

Quels sont les troubles dermatologiques les plus fréquents chez nos chiens? Et quelles sont les causes principales de ces troubles? Leur pelage, l’environnement, l’hygiène?

«Les démangeaisons de la peau peuvent être causées par de nombreuses choses très différentes, c’est pour quoi il est important de consulter votre vétérinaire, question d’obtenir un diagnostic juste et un traitement approprié.

Les problèmes dermatologiques peuvent être occasionnés par des allergies (incluant l’atopie), l’environnement, la diète, des infections, des bains, et plus encore. La consultation avec votre vétérinaire est le seul moyen de vous assurer que le problème sera bien identifié et que le traitement approprié sera amorcé. Une fois identifiés, la majorité des problèmes peuvent être contrôlés par une combinaison d’une diète appropriée et d’une médication qui redonnera à votre animal de compagnie la qualité de vie qu’il mérite!»

LES PROBLÈMES DE SANTÉ LES PLUS FRÉQUENTS

- Allergies cutanées (dermatite atopique et réactions cutanées adverses alimentaires)

- Otites

- Masses cutanées

- Infections cutanées, généralement secondaires à une maladie cutanée primaire.

«La fréquence des maladies cutanées peut aussi varier d’une région géographique à l’autre, en fonction des agents infectieux ou parasitaires présents dans les différentes régions, ainsi que de la génétique locale des animaux de compagnie. Il n’est malheureusement pas possible d’élaborer un plan de traitement précis pour chacun de ces groupes de maladies. De nombreux facteurs influenceront le choix d’une thérapie. Par exemple, la sévérité de la maladie, l’état de santé général de l’animal, le budget et les croyances du propriétaire, la présence d’autres animaux à la maison, entre autres.»

Peut-on les prévenir au même titre que les humains préviennent l’acné en se nettoyant le visage et en s’hydratant pour renforcer leur barrière cutanée?

«Les désordres cutanés associés aux parasites de la peau représentent certainement la catégorie de maladies de la peau la plus facile à prévenir en utilisant des traitements acaricides et/ou insecticides en prévention.

Malheureusement, plusieurs des autres maladies dermatologiques (infection, allergies, désordres immunitaires, cancer, etc.) ne peuvent être prévenues.

Un animal avec une génétique bien mélangée sera généralement moins prompt à développer des troubles associés à l’hérédité, telle que l’allergie aux substances de l’environnement. Si une maladie cutanée est identifiée, il est toutefois possible de prévenir les rechutes dans certains cas en utilisant, par exemple, fréquemment des shampooings anti-infectieux, en offrant une diète appropriée, en nettoyant régulièrement les oreilles, ou en évitant le contact avec des substances irritantes.»

Les problèmes dermatologiques chez les chiens ne sont pas rares du tout. Pourtant, on ne semble pas en parler tant que ça. Est-ce que les cas ont augmenté ou est-ce simplement parce qu’on ne s’en préoccupait pas assez auparavant?

«Le développement de la recherche et des découvertes en dermatologie vétérinaire au cours des dernières décennies a permis de mieux comprendre plusieurs maladies dermatologiques, notamment les allergies associées aux substances de l’environnement. Il a été démontré chez les humains que la tendance aux allergies était croissante au fil des années. Il semble en être de même pour les animaux.

Les nouvelles trouvailles scientifiques, la meilleure compréhension des maladies et l’augmentation des cas d’allergies ont certainement contribué à conscientiser la population en général à l’importance des problèmes dermatologiques.

De plus, les propriétaires d’animaux de compagnie sont de nos jours mieux informés, grâce à internet, aux réseaux sociaux, et aussi aux vétérinaires plus présents sur la scène publique, les stimulant à consulter davantage, mais aussi à poser plus de questions. Les vétérinaires ayant plus de solutions à offrir, les propriétaires étant mieux informés, tout cela a contribué à ce que le sujet des problèmes dermatologiques soit désormais plus populaire.»