POLITIQUE
19/09/2019 12:40 EDT | Actualisé 19/09/2019 12:42 EDT

«Blackface»: l'équipe des conservateurs a envoyé la vidéo de Trudeau au réseau Global

Andrew Scheer a déclaré qu’il ne pouvait pas accepter les excuses de M. Trudeau parce qu’elles étaient basées sur le «mensonge».

Le chef conservateur Andrew Scheer a affirmé que c’est son équipe de campagne qui a envoyé au réseau de télévision Global une vidéo montrant Justin Trudeau avec le visage et les bras maquillés de noir.

«Je sais que quelqu’un qui a vu la vidéo était très inquiet et il l’a donnée à notre équipe de campagne. Nous l’avons ensuite relayée à un média pour vérification», a déclaré M. Scheer lors d’un point de presse à Saint-Hyacinthe.

M. Scheer ne pouvait pas dire à quel moment cet individu avait alerté son équipe de campagne quant à l’existence de cette vidéo. Le chef conservateur a ajouté qu’il n’avait pas vu la vidéo avant qu’elle ne soit envoyée à un média. 

À voir: Scheer s’exprime sur la controverse entourant Trudeau (à partir de 11:10)

Andrew Scheer disait il y a quelques jours que certains de ses candidats qui ont tenu des propos racistes, homophobes ou anti-francophones dans le passé pouvaient rester à bord s’ils s’excusaient, mais ce même principe ne s’applique pas à Justin Trudeau et son «brownface».

M. Scheer a déclaré qu’il ne pouvait pas accepter les excuses de M. Trudeau de mercredi soir parce qu’elles étaient basées sur le «mensonge».

À son avis, M. Trudeau a menti à la population en disant qu’il n’avait maquillé son visage en brun ou en noir qu’à deux reprises - une fois lors d’une soirée costumée lorsqu’il était en 2001, tel que dévoilé par le magazine «Time», et une fois, de son propre aveu, dans un spectacle lorsqu’il était à l’école secondaire.

M. Trudeau s’est excusé mercredi soir et dit regretter profondément ses actions.

Jeudi matin, le réseau de télévision Global a diffusé une courte vidéo où l’on aperçoit un jeune Justin Trudeau, le visage et les bras maquillés de noir, au début des années 90. Il s’agit donc d’un troisième incident où il a arboré le «brownface».

M. Scheer a lui aussi eu à s’expliquer pour des propos controversés de certains de ses candidats depuis le début de la campagne électorale. Mais il a dit que «si quelqu’un prend la responsabilité, s’excuse et réalise que peut-être il a dit des choses dans le passé et qu’aujourd’hui, en 2019, c’est inacceptable, qu’il a insulté un groupe, une communauté ou autre, je peux l’accepter».

Le chef conservateur dit qu’il ne s’est jamais déguisé de quelque façon à offenser qui que ce soit.

Avec des informations de La Presse canadienne.

À voir: Trudeau dans l’embarras