POLITIQUE
07/10/2019 11:22 EDT | Actualisé 07/10/2019 13:48 EDT

Une candidate d'Andrew Scheer est membre de l'Opus Dei

De son côté, le chef a dû se défendre d'avoir organisé une rencontre avec l'institution controversée en 2010.

John Morris / Reuters

La candidate de l’équipe d’Andrew Scheer dans Kanata-Carleton, Justina McCaffrey, est membre de l’Opus Dei, une organisation catholique ultraconservatrice.

Le journal “Ottawa Citizen” faisait état de ses convictions religieuses dans un article datant du 3 octobre 2009, qui racontait le difficile divorce de cette femme d’affaires de la région d’Ottawa qui s’est fait connaître pour ses créations de robes de mariées.

“Alors que la combinaison du mariage et des affaires est toujours un défi, les ambitions des McCaffreys l’ont rendue doublement difficile. Tout comme leur adhérence à l’Opus Dei, une organisation catholique qui requiert de ses fidèles de chercher la perfection dans leur vie, que ce soit dans le mariage, les affaires ou les robes de mariées”, peut-on lire dans l’article.

L’Opus Dei est une prélature de l’Église catholique romaine qui a soulevé la controverse. Les membres peuvent appliquer notamment des pratiques de mortification comme la flagellation ou encore le port d’une ceinture de cilice - en crin ou en métal - pour se rappeler la souffrance de Jésus sur la croix. Il y aurait environ 600 membres au Canada seulement, dont 200 au Québec.

Questionné au sujet de l’adhésion de Mme McCaffrey à l’Opus Dei, le Parti conservateur a été avare de détails. “On ne questionne pas nos candidats sur leurs convictions religieuses personnelles”, a répondu le porte-parole Rudy Husny.

Mme McCaffrey avait fait parler d’elle au début de la campagne électorale pour son amitié avec la militante d’extrême droite Faith Goldy et pour des propos passés considérés comme anti-francophones. Elle avait pris ses distances de Mme Goldy, qu’elle n’aurait pas vue depuis 2013, et s’est excusée pour ses propos passés sur le fait français au Canada.

Scheer questionné à son tour

Le chef conservateur Andrew Scheer a été questionné lundi matin sur une rencontre qu’il avait organisée en 2010 avec le vicaire de l’Opus Dei au Canada, Frederick Dolan, alors qu’il était président suppléant de la Chambre des communes. Des députés conservateurs et libéraux étaient présents pour cette rencontre sous le thème “La joie au travail” (“Joy in the workplace”).

Devant les journalistes, M. Scheer a affirmé qu’il avait organisé “beaucoup de réunions” avec des leaders de différentes fois religieuses. Il n’a cependant pas voulu expliquer en quoi une rencontre avec le vicaire de l’Opus Dei est comparable à une rencontre avec un rabbin ou un imam, par exemple.

“J’étais à l’ouverture historique d’un temple bouddhiste l’autre jour et j’ai pu rencontrer un grand maître de la religion bouddhiste, alors je suis toujours en train de tenir des rencontres avec des leaders de différentes fois et de différentes religions”, a-t-il affirmé.

M. Scheer assure qu’il n’est pas et qu’il n’a jamais été membre de l’Opus Dei.

 

La gratuité pour les musées

Le chef conservateur a par ailleurs pris l’engagement, lundi, d’éliminer les frais d’admission pour les neuf musées nationaux, dont la majorité se situent dans la région d’Ottawa.

Selon M. Scheer, l’entrée libre pour tous les musées permettra aux familles d’économiser 21 millions $ par année.

Il a aussi annoncé que le Centre du patrimoine de la GRC à Regina, en Saskatchewan, deviendrait le dixième musée national du Canada s’il est élu premier ministre.

Ce nouveau musée serait lui aussi gratuit pour les visiteurs.

Qui plus est, tous les lieux de sépulture des anciens premiers ministres et des gouverneurs généraux seraient désignés comme des lieux historiques nationaux.

M. Scheer croit qu’il faut célébrer les «géants» de l’histoire du Canada, comme John A. Macdonald, William Lyon MacKenzie King et Wilfrid Laurier sans se laisser abandonner à la rectitude politique.

Un débat à surveiller

Après une performance jugée décevante au débat en français de TVA, la semaine dernière, M. Scheer pourra se reprendre avec le premier et seul débat en anglais de la campagne électorale lundi soir.

En matinée, il disait avoir «hâte» d’en découdre avec le chef libéral Justin Trudeau. «C’est la seule chose (dont) je m’occupe aujourd’hui», a-t-il dit.

Selon lui, la présence du chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, à ce débat «ne change rien», puisqu’il estime être le seul à pouvoir remplacer M. Trudeau.