POLITIQUE
31/03/2020 13:42 EDT | Actualisé 31/03/2020 13:45 EDT

Des politiciens canadiens s'engagent à faire don de leur augmentation salariale

Les députés fédéraux recevront une augmentation de plus de 3000$ le 1er avril.

La Presse canadienne
Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer.

Le chef conservateur Andrew Scheer et plusieurs autres députés fédéraux se sont engagés à remettre l’augmentation de salaire qu’ils recevront le 1er avril à des organismes de charité qui répondent à la pandémie de COVID-19.

L’attachée de presse de M. Scheer, Denise Siele, a déclaré par courriel au HuffPost Canada que le leader conservateur et député de Regina-Qu’appelle prévoit faire don de «toute augmentation reçue à un organisme de charité local qui travaille fort pour soutenir les Canadiens affectés par la COVID-19».

Les hausses de salaires automatiques des députés et des sénateurs sont enchâssées dans la loi depuis 2005. Les augmentations sont basées sur la hausse moyenne annuelle des salaires de base négociés par les plus grands syndicats du secteur privé canadien.

Le 1er avril, le salaire de base des 338 députés augmentera de 2,1 pour cent, selon Heather Bradley, directrice des communications du président de la Chambre des communes. Cela veut dire que le salaire de base des députés passera à 182 656,90$, une augmentation de 3 756,90$ par rapport à 2019. En avril dernier, le salaire de base avait grimpé de 3 300$ pour atteindre les 178 900$ actuels.

Des figures de proue du Parlement, comme les ministres, les chefs de partis et les leaders parlementaires, gagnent des dizaines de milliers de dollars de plus. Le premier ministre Justin Trudeau, par exemple, gagne le double du salaire d’un député ordinaire.

Les députés peuvent légiférer pour geler leurs salaires, mais ils ne l’ont pas fait. L’ancien gouvernement conservateur de Stephen Harper avait gelé les salaires des députés pour trois années fiscales consécutives pendant la crise économique mondiale, en 2010-2011, 2011-2012 et 2012-2013.

Lundi, Mme Siele a affirmé que le Parti conservateur avait abordé la question avec le gouvernement.

«C’est au gouvernement de prendre des mesures législatives pour effectuer des changements, s’il le souhaite», a-t-elle dit.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.