POLITIQUE
03/10/2019 11:46 EDT | Actualisé 03/10/2019 11:48 EDT

«Je suis personnellement pro-vie», affirme finalement Andrew Scheer

Il a répondu clairement à la question d'un journaliste après avoir joué sa cassette habituelle lors du débat de TVA.

Jonathan Hayward/La Presse canadienne
Andrew Scheer évitait de dire qu'il était pro-vie depuis la confusion entourant la position de son parti sur l'avortement.

«Je suis personnellement pro-vie», a finalement exprimé Andrew Scheer en répondant à une question concernant sa position sur l’avortement, jeudi matin, au Nouveau-Brunswick.

Néanmoins, le chef du Parti conservateur a rappelé lors de son passage à Kingsclear qu’il n’a pas l’intention de rouvrir le débat sur l’avortement s’il est élu premier ministre.

«J’ai toujours été clair sur cette question. Je suis personnellement pro-vie, a-t-il déclaré. J’ai toujours répondu aux questions. Le plus important [...] c’est que j’ai fait l’engagement que, comme premier ministre, je ne vais pas rouvrir ce débat et je vais voter contre n’importe quelle mesure qui essaie de le rouvrir.»

À voir: Scheer dit être personnellement pro-vie (à partir de 44:36)


Selon lui, c’est une stratégie libérale de ramener sur la table le dossier de l’avortement pour «créer la peur» et «essayer de diviser les Canadiens avec des fausses attaques».

Mercredi soir, lors du «Face-à-Face» de TVA, M. Scheer avait été plusieurs fois questionné sur sa position personnelle sur l’avortement, autant par les autres chefs de parti que par les journalistes après le débat.

Chaque fois, il avait joué sa cassette en affirmant qu’il voterait contre toute motion voulant rouvrir le débat sur l’avortement.

Dans la conférence de presse suivant le débat, M. Scheer avait de nouveau été pressé à plusieurs reprises de dire sa position personnelle sur cet enjeu. Il avait encore une fois esquivé la question.

En tant que député aux Communes, poste qu’il occupe depuis 2004, Andrew Scheer a plusieurs fois voté en faveur de mesures qui auraient rouvert le débat.

La question sur la position des conservateurs sur le droit à l’avortement a surgi avant le début de la campagne. Dans une entrevue à Radio-Canada, la candidate conservatrice Sylvie Fréchette avait affirmé que c’était «faux» d’affirmer que des députés d’arrière-ban du Parti conservateur pourraient présenter des projets de loi antiavortement.

Cette réponse de l’ancienne plongeuse avait soulevé une confusion sur la position des conservateurs. Le lieutenant du Québec des conservateurs, Alain Rayes, avait admis qu’il avait mal présenté la position des conservateurs.

Andrew Scheer n’a jamais fermé la porte à ce que des députés d’arrière-ban puissent présenter des projets de loi sur l’avortement.

À voir également: