POLITIQUE
29/08/2019 15:11 EDT

Avortement: Scheer met fin à la confusion concernant la position du Parti conservateur

Sur l’avortement, il confirme que ses députés pourront déposer des projets de loi d’initiative parlementaire.

La Presse canadienne
Andrew Scheer (Crédit : La Presse canadienne)

Le chef conservateur Andrew Scheer a accusé les troupes de Justin Trudeau de ramener des «enjeux sociaux conflictuels» afin de distraire les Canadiens du bilan de ses quatre années au pouvoir.

M. Scheer a été pressé de questions par les journalistes à ce sujet, jeudi après-midi, lors d’une conférence de presse à Toronto après avoir été très discret dans la dernière semaine.

Sur l’avortement, il confirme que ses députés pourront déposer des projets de loi d’initiative parlementaire ou des motions sur les enjeux qui leur sont chers. Mais il promet qu’un gouvernement conservateur ne va pas rouvrir ce débat.

Si cette situation «hypothéthique» devait se produire, le chef conservateur promet de «s’opposer» aux mesures prises par ses députés qui voudraient rouvrir ce débat sous son gouvernement.

Sur le mariage gai, M. Scheer a répété que tous les Canadiens ont les «mêmes droits» selon la loi et que la situation a déjà été réglée depuis près de 15 ans. Il promet de conserver ces acquis pour la communauté LGBTQ.

Les libéraux cassent du sucre sur le dos de M. Scheer sur des questions sociales depuis une semaine. Ils ont ressorti une vidéo vieille de 14 ans dans laquelle le député conservateur expliquait aux Communes son opposition au mariage pour les conjoints de même sexe, en l’enjoignant de se joindre au défilé de la Fierté gaie à Ottawa de dimanche dernier.

Des doutes ont également été soulevés au Québec sur la liberté qu’un gouvernement conservateur pourrait laisser aux simples députés sur la question de l’avortement.

Le lieutenant québécois des conservateurs, Alain Rayes, a soutenu récemment que M. Scheer ne permettrait pas à l’un de ses députés de présenter aux Communes un projet de loi qui restreindrait l’avortement au pays, ce qui contredisait la position de son chef.

À voir: Sylvie Fréchette fait le saut en politique