NOUVELLES
13/07/2020 09:50 EDT | Actualisé 13/07/2020 16:34 EDT

André Audet revient en cour pour menaces contre Trudeau et les musulmans

Notamment pour une accusation d’encouragement au génocide, une première au Québec pour la GRC.

RUNSTUDIO via Getty Images
Lawyer writing documents

Un homme qui avait fait l’objet d’accusations criminelles en décembre pour avoir tenu sur le web des propos menaçants à l’endroit du premier ministre Justin Trudeau et des musulmans était de retour en cour lundi, au palais de justice de Longueuil, pour être formellement accusé d’encouragement au génocide, entre autres.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) affirme que c’est la première fois qu’une de ses enquêtes mène au dépôt d’une telle accusation au Québec.

C’est l’analyse complète de la preuve qui a permis de déposer de nouvelles accusations contre André Audet, un résident de Boucherville âgé de 62 ans.

L’enquête menée par l’Équipe intégrée sur la sécurité nationale de la GRC tend à démontrer qu’André Audet aurait utilisé divers pseudonymes sur plusieurs réseaux sociaux. Les enquêteurs ont recensé une centaine de publications haineuses, menaçantes ou qui incitaient à la violence sur les comptes ciblés.

André Audet aurait entre autres incité à la mort du premier ministre Trudeau et aurait souhaité l’éradication des musulmans.

En plus de l’encouragement au génocide, le sexagénaire devait être accusé d’incitation publique à la haine, d’avoir fomenté volontairement la haine et d’intimidation d’une personne associée au système judiciaire ou d’un journaliste.