DIVERTISSEMENT
10/01/2020 15:18 EST | Actualisé 10/01/2020 15:26 EST

«L’Amour est dans le pré»: une saison hors de l’ordinaire à l’horizon

Ça papillonne dans la huitième saison.

V télé

L’agriculteur le plus vieux de l’histoire de cette téléréalité, un amateur de crossfit qui jure d’embrasser une seule candidate pendant la saison (tiendra-t-il sa promesse?), un vigneron qui décrit ses cidres comme à son image: «jeunes et frais»… La huitième saison de L’Amour est dans le pré risque de ne pas être ennuyante… et on sait déjà qu’elle sera remplie de papillons!

L’équipe de production est unanime: c’est une bonne cuvée. Rappelons le concept de la téléréalité qui a produit jusqu’ici dix couples toujours ensemble et 20 enfants, plus deux en gestation. L’équipe a choisi cinq agriculteurs. Des candidates se sont ensuite inscrites pour espérer un «match» avec un agriculteur en particulier. Elles lui envoient une lettre, et l’agriculteur fait une première sélection de cinq femmes. Après les avoir rencontrées, il doit en choisir trois qui viendront passer quelques jours sur la ferme. Il devra par la suite faire un choix ultime...

Selon les premiers épisodes que nous avons pu visionner, il y aura en effet de bons moments de télé. Et on les devra (en partie) à Nicolas, un attachant producteur laitier de 57 ans, dont la candeur et la bonhomie sont rafraîchissantes. (Voyez sa présentation ici!)

V télé
Nicolas

Le producteur laitier amateur de karaoké raconte, très ému, que ses cinq enfants (dont deux couples de jumeaux) sont sa plus grande fierté. Il affirme avoir réussi à dompter sa solitude, après le départ de sa conjointe, il y a trois ans.

«Mais des fois, je m’en passerais», ajoute-t-il.

Cette nouvelle dimension a beaucoup enrichi la saison, croit le producteur Martin Métivier.

«Ça change tout», affirme-t-il d’emblée.

Les femmes que Nicolas sélectionne pour entrer dans l’aventure ont une confiance en elles que les plus jeunes n’ont pas nécessairement; elles veulent être choisies, et ne veulent surtout pas être un prix de consolation. 

«L’amour autrement, c’est vraiment touchant», ajoute le producteur. Et il a raison.

La candeur de Nicolas donne lieu à des petits bonbons, comme lorsqu’il rencontre Élizabeth, professeure de yoga, et l’interroge sur «sa religion». Il est très difficile de prévoir quelle femme choisira finalement le quinquagénaire… puisqu’il laisse quelques indices à plusieurs d’entre elles. Comme lorsqu’il parle de lui à la troisième personne pour rassurer la belle Louise: «Nicolas, il en a des papillons pour Louise!»

Des profils diversifiés

L’Amour est dans le pré est l’émission la plus regardée de V, pendant la saison hivernale. L’équipe de l’émission ne veut donc pas trop modifier sa recette gagnante (que le producteur compare à une bonne vieille recette de sauce à spag de grand-maman). Mais elle avait tout de même un souhait, cette année: la diversité. Bon, côté diversité ethnique (et de genre), on repassera. Mais il est vrai que les candidats ont des profils assez différents, à commencer par le type d’agriculture qu’ils pratiquent. 

V télé
Hugues

Il y a Hugues, le vigneron et producteur de cidre âgé de 36 ans, qui se retrouve «à la croisée des chemins» et est impatient d’avoir des enfants. Et nous gagerions en effet un petit 10$ qu’il fera un excellent papa. Gardera-t-il son coup de coeur du début, Geneviève, qui n’est pas sûre de le croire, ou succombera-t-il aux charmes de Maryska, pétillante hôtesse de l’air (euh non, agente de bord qu’on dit, mon Hugues), ou encore de Chloé, sympathique et rieuse, mais qui semble ne jamais avoir effleuré un clou de sa vie?

V télé
Jayson - L'Amour est dans le pré (V télé)

Il y a Jayson, producteur de grandes cultures, amateur de crossfit et de petits sourires gênés (clairement son arme secrète). C’est d’ailleurs la deuxième fois qu’il tente sa chance à L’Amour est dans le pré. À 29 ans, il est lui aussi prêt à fonder une famille. Il a été séduit par la détermination et la débrouillardise d’Audrey-Ann, qui a une malformation à une main.

Jayson prétend ne pas être un «player», et clame dès le début de la saison qu’il n’embrassera qu’une seule candidate. Va-t-il tenir sa promesse? Nous n’en sommes pas certains. 

V télé
Philippe

Philippe, quant à lui, est un ancien joueur de football universitaire et il continue d’ailleurs de vivre cette passion en entraînant de jeunes joueurs au collégial. À 24 ans, il n’a jamais eu de relation sérieuse et cherche le grand amour… mais ne croit pas au coup de foudre. Choisira-t-il Laurence, l’étudiante en archéologie, qui n’a elle non plus jamais eu de relation sérieuse et qui est très honnête à propos du fait qu’elle ne veut pas d’enfant? Ou encore Aurélie, la plus grande fan de la pangée, cet ancien supercontinent?

V télé
Rémy

Et finalement, il y a Rémy, un producteur laitier de 30 ans, prêt à fonder une famille rapidement. Il paraît que son chien Ozzy a volé la vedette, pendant les auditions. Rémy adore son chien, qui le sauve de la solitude, mais il aimerait bien avoir une blonde, aussi! Il semble avoir un faible pour la jolie Ann-Marie, elle-même technicienne en production laitière… et également productrice de papillons, si on se fie à Rémy! 

On vous le dit: dès les premiers épisodes, il y aura des frenchs. Est-ce que les filles respecteront leur promesses de ne pas parler de leurs rapprochements (une question litigieuse), cette année? 

Chose certaine, ce ne sera pas un long fleuve tranquille, selon la production, qui précise que certains couples sont toujours ensemble… mais qu’il y aura aussi des coeurs brisés! Il y a même un couple qui ne survivra pas à son voyage final – cette année, les deux voyages sont au Mexique, et il paraît que Nicolas ne se remet pas encore d’avoir goûté à de la guacamole. 

L’Amour est dans le pré, qui s’étendra sur 13 épisodes, sera diffusée les jeudis à 20h, dès le 16 janvier. Les épisodes seront également disponibles en direct et en rattrapage sur Noovo.ca.