DIVERTISSEMENT
03/12/2019 07:27 EST | Actualisé 03/12/2019 07:27 EST

Alexandre Champagne quitte la photographie pour la bonne cause

«Je peux utiliser mes revenus pour faire autre chose que me penser bon au volant d’une Tesla...»

Félix Renaud via Facebook/Alexandre Champagne

Alexandre Champagne a fait une annonce pour le moins significative, ce lundi 2 décembre, par l’entremise de sa page Facebook.

Dans une vidéo d’un peu plus de douze minutes, le principal intéressé a déclaré qu’il quittait le monde de la photographie pour se concentrer sur un nouveau projet, et non le moindre.

«C’est le fruit d’une réflexion qui dure depuis environ un an et demi. [...] J’ai décidé de quitter la photographie et de fermer mon studio. J’arrête de faire de la photo pour gagner ma vie, et le Champagne Studio ferme ses portes», a-t-il déclaré.

Alexandre Champagne explique aussi avoir vendu tous les «items qui lui servaient à rien d’autre qu’à satisfaire son ego», comme ses voitures et ses motos.

Je peux utiliser mes revenus pour faire autre chose que me penser bon au volant d’une Tesla.Alexandre Champagne

Tout cela dans quel but? Se consacrer à temps plein à la nouvelle fondation qu’il est en train de mettre sur pied : le C.I.E.L. (Centre pour l’Intelligence Émotionnelle en Ligne), dont la mission sera d’«éliminer complètement le fardeau psychologique lié à l’utilisation des médias sociaux chez les adolescents».

Alexandre Champagne poursuit en précisant les différents objectifs de son projet, dont il espère débuter les opérations d’ici la fin mars 2020, et les outils qu’il désire mettre sur pied pour sensibiliser et inspirer les jeunes à utiliser les réseaux sociaux de façon plus constructive. Il considère avoir vécu une adolescence dure, mais il n’ose pas imaginer ce qui en aurait été si Facebook, Twitter, Instagram et cie avaient fait partie de l’équation.

Pour les intéressés, Alexandre Champagne cherche actuellement un/une employé.e pour l’aider à réaliser ses ambitions.

Rappelons qu’Alexandre Champagne s’était récemment ouvert sur sa dépendance aux jeux vidéo.

«J’ai manqué du travail, détruit mes relations, menti pour jouer et j’ai dépensé des sommes exorbitantes sur des jeux depuis 2007, a-t-il expliqué. Je pouvais jouer entre 12 et 16 heures par jour sans m’arrêter. Je commandais de la bouffe, j’étais sédentaire, j’étais en mauvaise santé en plus d’être anxieux quand je ne jouais pas», avait-il notamment déclaré en octobre dernier.

À voir également: