DIVERTISSEMENT
15/10/2019 09:48 EDT

Alexandre Champagne s'ouvre sur sa dépendance aux jeux vidéo

«J'ai manqué du travail, détruit mes relations, menti pour jouer et j'ai dépensé des sommes exorbitantes...»

Félix Renaud via Facebook/Alexandre Champagne

Alexandre Champagne s’est confié sur sa dépendance aux jeux vidéo, ce mardi 15 octobre, par l’entremise de ses réseaux sociaux.

C’est un article paru dans le Journal de Montréal racontant les problèmes de Yohan Morin, un adolescent de 14 ans qui a dû faire une thérapie en raison de son obsession pour le jeu Fortnite, qui a fortement interpellé le photographe, qui a tenu à féliciter publiquement le jeune homme pour s’être pris en main tout en s’ouvrant sur ses propres déboires.

«Parce que tu as reconnu ton problème, mais surtout parce qu’en entrant en thérapie, tu as posé un geste significatif qui, j’espère, va aider d’autres jeunes et moins jeunes à réaliser l’emprise qu’ont les jeux vidéo sur leur vie», a-t-il déclaré.

Âgé de 34 ans, Alexandre Champagne poursuit en disant être «complètement sobre» depuis maintenant six mois.

«J’ai manqué du travail, détruit mes relations, menti pour jouer et j’ai dépensé des sommes exorbitantes sur des jeux depuis 2007, a-t-il expliqué. Je pouvais jouer entre 12 et 16 heures par jour sans m’arrêter. Je commandais de la bouffe, j’étais sédentaire, j’étais en mauvaise santé en plus d’être anxieux quand je ne jouais pas.»

Le principal intéressé poursuit en louangeant le jeune homme pour avoir pris la parole, «parce que pour les jeunes, tout pointe vers l’utilisation des jeux vidéo, et ce sont ceux qui ont les plus grands problèmes qui convainquent les autres que c’est OK de jouer».

Alexandre Champagne en a aussi profité pour dénoncer les pratiques de certaines compagnies pour leurs stratégies, qu’il juge «de plus en plus déloyales» en plus d’appeler «à la consommation et au piège de la dépendance».

Alexandre Champagne conclut en invitant Yohan Morin à passer à son studio, lui offrant son aide pour véhiculer son message.

À voir: un ado raconte sa cure de désintoxication des jeux vidéo