POLITIQUE
08/09/2020 11:15 EDT | Actualisé 08/09/2020 14:58 EDT

COVID-19: quatre régions du Québec se trouvent dans le palier d'alerte jaune

Toutes les autres régions du Québec sont dans le palier d'alerte vert.

Le gouvernement Legault a dévoilé mardi matin les détails de son nouveau système d’alerte pour la COVID-19 à quatre niveaux, allant du vert au jaune, au orange, puis au rouge. Le même jour, il a été révélé que quatre régions se trouvent déjà en “zone jaune”: l’Estrie, l’Outaouais, Laval et Québec.

Ce système a été confectionné en prévision d’une deuxième vague de la pandémie de la COVID-19.

Il va guider les décisions du gouvernement, a déclaré le ministre de la Santé, Christian Dubé, en conférence de presse, mardi, à Montréal.

Et puis, il offrira plus de prévisibilité aux gens, qui veulent savoir ce qui s’en vient, a-t-il ajouté.

Les mesures sanitaires et les restrictions seront modulées en fonction du degré de propagation du virus, indiquant l’importance locale de l’infection à un moment précis.

Le changement de palier pour une région dépendra de trois facteurs, soit la situation épidémiologique, le contrôle de la transmission et la capacité du système de soins.

Code à 4 couleurs

Les situations seront classées selon les couleurs suivantes: vert (vigilance), jaune (préalerte), orange (alerte modérée) et rouge (alerte maximale), ce dernier niveau pouvant entraîner une limitation des déplacements interrégionaux et un horaire réduit de certains secteurs commerciaux.

Si une région est placée en préalerte jaune, il y aura plus d’inspections de la santé publique, a précisé M. Dubé. Et les gens seront davantage invités à se faire tester. Mais il n’y aura pas vraiment de nouvelles restrictions.

“C’est un message à la population: faites attention”, a ajouté le conseiller médical stratégique adjoint à la direction générale de la santé publique, le Dr Éric Litvak.

Quant au niveau orange, il signale la mise en place de restrictions, “les plus sélectives possibles”, dit-il, par exemple, la réduction du nombre de personnes permises lors de rassemblements privés, à la maison, ou lors de rassemblements publics.

Une région peut toutefois se trouver “dans le jaune” et retourner en zone verte, a précisé le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, aussi présent au point de presse.

Il est à noter que la région de Montréal, longtemps considérée comme étant l’épicentre de la pandémie, est actuellement en zone verte.

“Ceux qui en douteraient, le virus est vraiment là”, a dit le ministre Dubé, rappelant que la contamination était “communautaire”. “Elle se propage dans nos milieux de vie et dans nos milieux de soins.”

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, est en train d’évaluer comment arrimer les différents niveaux d’alertes avec des mesures coercitives, a-t-il fait savoir.

Les cas à la baisse mardi

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 est redescendu sous la barre du 200, mardi, alors que Québec en rapporte 163.

Le nombre de nouveaux cas avait dépassé 200 pour la première fois en trois mois, dimanche, alors qu’il avait atteint 205. Lundi, on avait signalé 216 nouveaux cas.

Le nombre total de personnes infectées depuis le début de la pandémie s’élève maintenant à 63 876.

On ne rapporte aucun décès dans les 24 dernières heures; le total est donc toujours de 5770.

Le nombre total d’hospitalisations est aussi demeuré stable, à 105. Parmi ces patients, le nombre de personnes se trouvant aux soins intensifs a diminué de trois pour s’établir à 15.