DIVERTISSEMENT
09/09/2019 23:52 EDT

«Alerte Amber»: au-delà de l’enlèvement

«Chaque minute compte», une réalité que la nouvelle série de TVA a particulièrement bien comprise...

TVA

TVA espère marquer un grand coup cet automne avec la série Alerte Amber. Entre une distribution parfaitement assemblée, une mise en scène précise et dynamique, et une intrigue ayant beaucoup à dire sur la réalité des familles d’aujourd’hui, tous les éléments sont réunis pour que cette nouvelle fiction fasse, effectivement, beaucoup jaser.

Ainsi, avant que la disparition de leur fils autiste Éliot (Elijah Patrice-Baudelot) ne vienne chambouler l’univers de Valérie (Madeleine Péloquin) et Jonathan (Vincent Leclerc), il a été surtout question dans ce premier épisode, diffusé ce lundi 9 septembre, des dérapages de Logan (Lévi Doré), le grand-frère d’Éliot.

Car si, avec un titre comme Alerte Amber, nous pouvions évidemment nous attendre à une succession de moments chocs, la série semble également vouloir se démarquer de par la sensibilité et l’empathie avec lesquelles sont traités l’ensemble des personnages.

TVA

ATTENTION: DIVULGÂCHEURS

En présentant les membres de l’Escouade spéciale pour les personnes disparues mise sur pied par la SQ au moment où ceux-ci retrouvent le corps d’une jeune femme qu’ils n’ont pas pu sauver, l’auteure Julie Hivon met déjà en relief l’importance du facteur temps dans ce type d’enquêtes.

«Chaque minute compte» pour éviter le pire, bien entendu, mais aussi pour évaluer chaque piste, chaque détail. Alerte Amber s’intéresse beaucoup au temps, et surtout au temps que nous n’avons pas dans une société où tout va toujours trop vite, où certaines choses essentielles sont malheureusement négligées au profit d’autres.

Dès le départ, Hivon dresse un parallèle entre la situation de ses enquêteurs et celle de son couple divorcé. 

D’un côté, elle relève l’attention et les soins constants que requiert Éliot. Après sa disparition, sa mère soulignera nerveusement - et à répétition - que son fils ne peut pratiquement pas vivre sans elle.

De l’autre, il y a Jonathan, dont le travail l’empêche d’être plus présent pour Logan, pour s’intéresser à lui, pour lui poser les bonnes questions, pour prendre conscience de sa détresse.

Les origines du mal-être et de l’amertume de Logan seront révélées à mesure que la série replongera dans le passé des personnages, au moment où les quatre membres de la famille vivaient sous un même toit.

TVA

Au-delà de la peur

Au moment de présenter la série, jeudi dernier, Julie Hivon expliquait avoir voulu canaliser ses plus grandes peurs de mère dans son écriture. La peur de perdre un enfant, mais aussi la peur de voir sa progéniture être ostracisée, tout comme celle de ne pas prendre conscience de ses problèmes et de ses tourments.

Alerte Amber insiste sur plusieurs petits détails du quotidien dans lesquels bien des parents se reconnaîtront, et dont on ne considère rarement l’impact à long terme au moment des faits.

L’instant le plus important de ce premier épisode se voulait, évidemment, la décision de Valérie de laisser Éliot dans la voiture pour éviter une autre crise à l’épicerie, pour acheter la paix, pour ne pas chambouler un quotidien déjà suffisamment chargé.

La série exprime d’une façon particulièrement efficace et concise la réalité d’un parent devant prendre soin d’un enfant demandant beaucoup plus de temps et d’attention. Le tout en en illustrant habilement les effets du point de vue des parents, mais aussi d’un grand-frère n’ayant pas les repères ni la maturité pour comprendre pleinement la situation.

Dans la peau du jeune Éliot, Elijah Patrice-Baudelot offre une performance mémorable.

Agissant à titre de producteur exécutif, Charles Lafortune qualifiait de «désarmante» la prestation offerte par le jeune acteur lors de son audition, expliquant qu’il avait su reproduire avec justesse un état d’esprit et un comportement qu’il voyait tous les jours chez son fils Mathis.

TVA

Un kidnappeur si proche

Évidemment, depuis le succès monstre de la série Fugueuse, le diffuseur semble déterminé à recréer pareil engouement autour d’une série voulant faire oeuvre utile en traitant d’une problématique sociale qui est - et sera - toujours d’actualité.

Alerte Amber tente néanmoins de faire les choses différemment en ne confrontant pas le spectateur à des événements sur lesquels les personnages n’ont aucun contrôle, mais en les faisant plutôt réfléchir - par l’entremise, certes, d’un des scénarios les plus effrayants pour un parent - sur tous ces moments qui auraient pu être gérés autrement, et qui auraient pu ne pas devenir un «trop-plein de trop».

Comme c’est souvent le cas dans la réalité, l’auteure a privilégié la piste du kidnappeur connu de la victime.

Hivon a pris la bonne décision, d’ailleurs, en n’entretenant aucun mystère autour de l’identité du coupable. Une décision lui laissant à présent toute la latitude et le temps nécessaires pour développer les grands thèmes érigés dans ce premier épisode, pour offrir un regard privilégier au spectateur sur toutes les facettes de son intrigue, et pour révéler la richesse et la complexité de ses personnages.

Alerte Amber est diffusée les lundis à 21h, sur les ondes de TVA.

À voir également: