NOUVELLES
02/07/2019 13:59 EDT

Airbus ouverte à embaucher des travailleurs de Bombardier

Avec la vente des CRJ à Mitsubishi, environ 400 employés de Bombardier risquent de perdre leur emploi.

july7th via Getty Images

MONTRÉAL — La demande pour l’A220 devra être au rendez-vous pour qu’Airbus puisse prendre sous son aile des travailleurs de Bombardier qui pourraient se retrouver sans gagne-pain d’ici à ce que la production des CRJ ne cesse.

C’est ce qu’affirme le président-directeur général de la Société en commandite Airbus Canada, Philippe Balducchi, qui espère néanmoins pouvoir participer aux efforts visant à récupérer cette main-d’oeuvre qualifiée.

Après un an aux commandes du programme de l’avion initialement développé par Bombardier, Airbus prend ses aises à Mirabel, dans les Laurentides, où son empreinte s’agrandit alors que le géant européen souhaite accélérer la cadence de production de l’A220.

Interrogé, mardi, au cours d’une entrevue téléphonique, M. Balducchi a expliqué qu’Airbus devra évaluer ses besoins de main-d’oeuvre avant de pouvoir dire si elle sera en mesure d’accueillir massivement de nouveaux employés.

En confirmant la vente des CRJ à Mitsubishi, la semaine dernière, Bombardier a indiqué que 1200 des 1600 personnes affectées à ce programme se retrouveront dans le giron du géant nippon. Quelque 400 personnes liées à l’assemblage de ces avions à Mirabel risquent toutefois de devoir se trouver du travail lorsque la production des 42 jets régionaux figurant au carnet de commandes sera terminée, l’an prochain.

 

S’il faut recruter des employés, M. Balducchi a souligné qu’il était «naturel» pour Airbus de se tourner vers des travailleurs expérimentés dans «l’assemblage d’avions».

L’A220 a profité du Salon international de l’aéronautique du Bourget, en France, le mois dernier, pour annoncer des commandes ou lettres d’intention pour 95 appareils. Selon l’analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, le programme compte 559 commandes fermes.