POLITIQUE
03/07/2020 12:08 EDT | Actualisé 03/07/2020 12:08 EDT

Vols régionaux: Trudeau déçu de la décision d'Air Canada, mais ne s'avance pas sur les solutions

Il ne s'est pas prononcé sur l’idée évoquée par le gouvernement Legault.

shaunl via Getty Images

OTTAWA – Le premier ministre Justin Trudeau admet qu’il est déçu de la décision d’Air Canada d’abandonner une trentaine de dessertes au pays et qu’il s’attend à ce que la compagnie aérienne continue de desservir les régions.

Il n’a cependant pas donné de pistes de solutions concrètes et ne s’est pas prononcé, non plus, sur l’idée évoquée par le gouvernement Legault de mettre sur pied sa propre entreprise aérienne pour desservir les régions du Québec délaissées par Air Canada.

Air Canada a annoncé mardi la suspension indéfinie de 30 dessertes régionales intérieures et la fermeture de huit escales à des aéroports régionaux canadiens, dont quatre au Québec.

Les vols entre Montréal et les Îles-de-la-Madeleine seront maintenus jusqu’à la fête du Travail, mais les vols prévus après cette date ont été annulés. Une porte-parole d’Air Canada, Pascale Déry, confirme qu’en dehors de la période estivale de juin à septembre, “il n’y aura plus de service aux Îles”.

La compagnie aérienne n’exclut pas des suspensions de service supplémentaires. Dans son communiqué de presse, elle précise qu’elle évaluera au cours des prochaines semaines d’autres modifications à son réseau et à son horaire.

Ces récentes décisions d’Air Canada ont été condamnées par des acteurs économiques et politiques, tous paliers confondus.

Jeudi, l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ), la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), le Réseau québécois des aéroports (RQA) et l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont mis sur pied une “cellule de crise” pour s’attaquer au problème.

En entrevue avec La Presse canadienne, la chef du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a tenu à souligner qu’elle ne comprend pas pourquoi ce n’est pas le gouvernement du Québec qui pilote cette cellule de crise.

Mme Anglade a aussi plaidé pour qu’un comité permanent se penche sur le dossier. À son avis, ce comité devra s’assurer qu’il y ait un minimum de service dans les régions du Québec et que ces solutions soient abordables.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!