POLITIQUE
31/07/2019 15:36 EDT

L'agronome et lanceur d'alerte Louis Robert réintègre ses fonctions au MAPAQ

Une entente hors cour a été conclue.

skynesher via Getty Images

L’agronome et lanceur d’alerte Louis Robert, congédié parce qu’il avait dénoncé l’influence du lobby des pesticides dans la recherche, a été réintégré dans ses fonctions, a confirmé mercredi le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

Dans un courriel transmis à La Presse canadienne, le MAPAQ indique qu’«une entente hors cours est intervenue» entre le gouvernement, le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) et Louis Robert.

Le contenu de cette entente demeure confidentiel, a précisé le ministère.

Dans un communiqué de presse diffusé mercredi matin, le SPGQ déclare que «l’affaire Louis Robert a démontré que les lanceurs d’alerte étaient bien mal protégés» au sein du gouvernement du Québec.

«Nos professionnels veillent à la qualité de l’eau, de l’air, de la terre et des aliments. Leur mission est de protéger la population d’abord et avant tout. Ils ne doivent pas être muselés», peut-on lire dans une déclaration attribuée à la présidente du syndicat Line Lamarre.

Le syndicat réclame une plus grande liberté d’expression de ses membres, au-delà du devoir de loyauté envers l’État.

Rappelons que Louis Robert a été congédié en janvier dernier, après 32 années de service au sein du MAPAQ.

Un rapport de la Protectrice du citoyen, publié à la mi-juin, a conclu que le ministère n’avait pas respecté la loi sur les lanceurs d’alerte. Elle ajoutait que M. Robert avait été trahi par son employeur qui a divulgué son identité durant le processus de dénonciation d’actes répréhensibles.

Au lendemain de la publication de ce rapport, le premier ministre François Legault a présenté des excuses au nom de l’État québécois à Louis Robert.

M. Legault avait alors laissé entendre que l’agronome allait recevoir une offre d’indemnisation.

 

À VOIR AUSSI: Italie: lueur d’espoir dans la lutte contre «la lèpre des oliviers».