POLITIQUE
20/12/2019 08:09 EST

La Chambre des représentants approuve le nouvel accord de libre-échange

Le projet de loi doit maintenant être transmis au Sénat, qui devrait l’étudier après le retour du congé des Fêtes.

RODRIGO ARANGUA via Getty Images
Chrystia Freeland a signé le nouvel accord en compagnie du président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, du négociateur mexicain Jesus Seade et du représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, le 10 décembre dernier.

WASHINGTON — La Chambre des représentants a approuvé par une forte majorité, jeudi, le nouvel accord commercial entre les États-Unis, le Canada et le Mexique.

Par 385 voix contre 41, la Chambre à majorité démocrate a entériné le projet de loi qui fixe les termes de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

Le texte a été adopté après d’importantes concessions obtenues par les démocrates. L’administration de Donald Trump tient à ce que l’accord soit ratifié avant le début du cycle électoral qui s’amorce aux États-Unis.

Le projet de loi doit maintenant être transmis au Sénat à majorité républicaine, qui devrait l’étudier après le retour du congé des Fêtes.

Donald Trump avait promis de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) lors de sa campagne présidentielle de 2016, une promesse qui avait séduit les électeurs de la classe moyenne dans des États clés comme le Michigan et l’Ohio.

Le nouvel accord a été conclu par les trois pays l’année dernière. Les Mexicains l’ont rapidement ratifié, mais aux États-Unis, les démocrates réclamaient des protections pour les travailleurs. Et au Canada, on ne voulait pas procéder à la ratification avant que les républicains et les démocrates ne s’entendent.

Les démocrates estimaient notamment que l’accord révisé ne contenait pas suffisamment de mesures pour empêcher les emplois américains d’être transférés au Mexique.

En coulisses, le représentant américain au commerce Robert Lighthizer a travaillé avec les démocrates de la Chambre pour apporter des changements permettant de répondre à leurs préoccupations. L’accord comprend ainsi des mesures qui pourraient mener à des inspections des usines et des installations au Mexique ne respectant pas les normes du travail, ainsi qu’une somme de 600 millions $ pour faire face aux problèmes environnementaux.

La présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a déclaré que l’accord était «à des années-lumière» de ce que l’administration Trump a négocié avec le Canada et le Mexique. «Nous savions que nous pouvions faire mieux», a dit Mme Pelosi.

Les démocrates affirmaient depuis des années que l’ALENA avait causé d’importantes pertes d’emplois manufacturiers bien rémunérés aux États-Unis au profit du Mexique, où les salaires sont plus bas.

Avec sa rhétorique dénigrant l’ALENA, Donald Trump s’était distingué de la position traditionnelle des républicains sur le libre-échange, et il a forcé le Canada et le Mexique à renégocier l’accord conclu en 1994.

L’approbation du nouvel accord par la Chambre des représentants représente donc une victoire pour M. Trump, au lendemain de sa mise en accusation formelle par la même Chambre dans le cadre d’une procédure de destitution.

Le Sénat américain, à majorité républicaine, risque d’être absorbé par le procès en destitution au retour des Fêtes, et on ne sait pas précisément à quel moment il se penchera sur l’ACEUM.

Quant aux élus canadiens, ils ne reviendront à la Chambre des communes que le 27 janvier.

Plusieurs acteurs de l’industrie canadienne de l’aluminium ont exprimé de vives inquiétudes et ont réclamé que les parlementaires canadiens ne ratifient pas l’ACEUM.

L’industrie estime que des changements de dernière minute, obtenus par les Mexicains, font en sorte de lever la protection qui aurait été accordée à l’aluminium nord-américain, le Mexique utilisant de l’aluminium de la Chine et d’ailleurs pour fabriquer ses pièces automobiles.

Le gouvernement de Justin Trudeau maintient que l’économie canadienne a tout à gagner avec l’entrée en vigueur de l’ACEUM.

À voir: vous ne pourrez plus voir les publicités américaines lors du Super Bowl