NOUVELLES
09/08/2019 13:17 EDT | Actualisé 09/08/2019 13:25 EDT

Privé de son abonnement aux parties des Canadiens, un homme gagne sa cause

Une dispute familiale qui conduit jusqu'en Cour supérieure du Québec... et ce ne serait pas terminé!

Icon Sportswire via Getty Images

Un homme devra verser près de 45 000 $ à son ancien beau-frère pour l’avoir privé de deux abonnements aux matches des Canadiens de Montréal à la suite d’une dispute familiale, a ordonné la Cour supérieure du Québec.

Le juge Jeffrey Edwards a jugé que le défendeur n’avait pas le droit de refuser unilatéralement l’accès à ces sièges convoités.

Cette décision, rendue plus tôt ce mois-ci, détermine la valeur réelle de l’abonnement aux matches du Tricolore et le préjudice qui résulte de sa privation.

La dispute entre Petros Sakaris et Louis Terzopoulos remonte à 2014, lorsque le premier a refusé au second les abonnements qu’ils partageaient depuis 19 ans.

Les deux hommes se séparaient les matches depuis la saison 1995-1996, la dernière que les Canadiens ont disputée au Forum.

Ils ont continué à partager les deux abonnements lorsque le Canadien a déménagé à son domicile actuel, le centre Bell. Ils avaient deux des meilleurs sièges de l’édifice. Ceux-ci étaient situés à la hauteur du banc des pénalités, près de la ligne rouge centrale.

M. Sakaris a nié l’existence d’un accord concernant le partage des abonnements, mais le juge a tranché autrement, disant avoir preuve d’une entente contractuelle entre les deux partenaires.

Les deux hommes étaient mariés à deux soeurs quand ils ont acheté leurs premiers abonnements. Dans sa décision, le juge laisse entendre que la rupture du mariage de M. Terzopolous a été le motif ayant poussé M. Sakaris à lui refuser l’accès aux abonnements.

La cause n’est pas terminée. L’avocat de M. Sakaris a indiqué par courriel son intention d’interjeter appel.

À VOIR AUSSI: Les looks sans limite d’Osheaga