BIEN-ÊTRE
04/08/2015 10:41 EDT | Actualisé 01/09/2015 02:24 EDT

Sept Québécoises nous livrent les secrets de leur succès

Elles sont inspirantes et inspirées, elles respirent la force et l'ambition, elles sont imaginatives, créatives et semblent douées pour le succès. Ces sept belles Québécoises ont accepté avec enthousiasme de partager des conseils ainsi que certains des «secrets» ayant contribué à leur succès. À lire, annoter, méditer et expérimenter avec autant de ferveur qu'elles mènent leur vie.

Galerie photoLe secret du succès de 7 Québécoises Voyez les images

India Desjardins, auteure

La route vers le succès:

«J’avais un bon emploi et un bon salaire en tant que journaliste quand j’ai pris le risque d’écrire des livres. Je n’ai pas quitté pour avoir du succès, j’ai quitté pour tenter de faire ce que j’aimais, sans savoir si ça allait fonctionner. J’ai simplement suivi mon cœur. Donc, je n’ai pas de recette, parce que le succès a été un bonus pour moi et n’a jamais été le but ultime. Encore aujourd’hui, je pense que si j’avais visé le succès, j’aurais fait des compromis, je n’aurais pas été authentique totalement, alors que mon véritable but, c’était de faire ce que j’aimais.»

Ses conseils pour y parvenir:

«Il ne faut pas avoir peur du travail, ni de prendre des risques. On doit investir de son temps, parfois de son argent. Il faut aussi accepter de commencer au bas de l’échelle. Rien n’est instantané. Il ne faut pas compter sur les autres pour nous dire quoi faire, qui appeler, etc. Il faut tenter de trouver le chemin par soi-même. Plusieurs personnes m’écrivent pour me demander «Combien de mots ça prend pour écrire un livre?» Je réponds toujours que ce n’est pas la bonne question à se poser, mais plutôt ce qu’on a envie de raconter et de dire. Il ne faut pas non plus viser à suivre une vague, mais plutôt suivre sa passion, tenter d’être soi-même. Les gens qu’on admire peuvent nous inspirer, mais il faut tenter d’être soi et non de devenir eux. Je pense aussi qu'on doit toujours garder en tête avec humilité que rien n'est acquis et que tout peut s'arrêter du jour au lendemain.»

Geneviève Borne, animatrice

La route vers le succès:

«J'ai toujours été très focalisée et j'ai suivi une trajectoire très précise. Entre deux emplois, je choisissais toujours celui qui me rapprocherait de mon rêve. Mon rêve depuis l'adolescence était de parler de musique à la télé et ce rêve s'est concrétisé quand je suis entrée à Musiqueplus à l'époque. Mais j'avais fait mes devoirs. Je lisais constamment sur la musique et me tenais au courant de toutes les actualités musicales. Tout au long de ma carrière, j'ai gardé le "focus" et c'est la même chose aujourd'hui pour mes divers projets!»

Ses conseils pour y parvenir:

«Le conseil que j'aime donner aux jeunes femmes qui commencent dans le milieu du travail est celui-ci: faites CHAQUE JOUR quelque chose qui va vous rapprocher de votre rêve. Cela peut-être de faire un appel, faire un stage, lire sur le milieu qui vous attire, poser des questions à quelqu'un qui fait déjà ce métier. En faisant de petits pas chaque jour, on se rapproche de notre but. Il fait garder le "focus"!»

Claudia Larochelle, journaliste et auteure

La route vers le succès:

«Enfant déjà, je voulais travailler en journalisme et devenir auteure. Certaines personnes riaient, me trouvaient idéaliste, me disaient qu’il n'y avaient que si peu d’élus dans ces mondes contingentés, qu’il était prétentieux de penser que... Or, bien que je sois une éternelle «moyenne» dans tout, jamais au top des tops, pas plus intelligente ou «ploguée» que les autres, je pense que ce qui a fait la différence pour me rendre où je suis, c’est que depuis toujours, lorsque je me fixe un objectif, je me bats jusqu’au sang, coûte que coûte, ne m’octroyant même pas le luxe d’être paresseuse. Je m’investis dans mes projets sans compter mes heures, même si ça ne paye pas toujours suffisamment. Je joue mon rôle de mère de cette manière aussi, bien sûr; passionnément à la folie.»

Ses conseils pour y parvenir:

«Ne pas se décourager, jamais. On tombe, on se heurte, on pleure et on veut tout lâcher, bien sûr. Il faut se relever et recommencer, quitte à manger du Kraft Dinner quand les sous se font rares. C’est bon le Kraft Dinner, c’est la nourriture des battants. Il faut sortir, voir du monde, être sur les réseaux sociaux et partout à la fois pour multiplier les contacts. Rester humble. Toujours. Se souvenir d’où on vient et être gentil - sans être bonasse – avec les gens qu’on rencontre, et sincèrement. Avoir des modèles et des mentors, écouter leurs précieux conseils, les regarder aller, reproduire ce qu’on aime chez eux. Et puis, ne pas hésiter à demander de l’aide quand ça va moins bien, quand l’argent vient à manquer ou pour obtenir du boulot. Oui, il faut piler sur son orgueil. Souvent.»

Marie-Annick Boisvert, spécialiste des relations publiques

La route vers le succès:

«La recette du succès est d'être à l'écoute de soi et faire ce qu'on aime, ce qui nous passionne. Si on fait ce qui anime nos passions, le succès a de fortes chances de suivre. Bien sûr ensuite, il faut travailler fort et être patient. Le succès peut prendre du temps. Pour moi, c'est super important de me réaliser, d'être heureuse dans mon travail. À mon avis, c'est ça le succès: se réaliser et être heureuse. Et il faut oser! Faire différent. Si on copie les autres, on n’aura pas grand succès. Il faut se démarquer. Je crois que je dois mon succès aussi à cela; être à l'avant-garde.»

Ses conseils pour y parvenir:

«Développer, entretenir et bâtir son réseau, ses relations. Le bonheur est dans le réseau. Je lui dois mon succès! Redonner à la société aussi, faire du bénévolat, faire valoir son savoir pour des causes ou des fondations. C'est aussi une bonne façon de faire de belles rencontres. L’argent ne doit jamais être la motivation. Travaillez dans quelque chose qui vous passionne et dans lequel vous êtes bon et l’argent suivra. OSEZ, foncez, toujours avancez. Ne jamais avoir peur. Les erreurs font partie de l'évolution. Tant qu'on apprend de nos erreurs, c'est ce qui nous fait avancer.»

Catherine Beauchamp, animatrice, chroniqueuse culturelle et productrice

La route vers le succès:

«Je ne sais pas exactement ce qui a été la recette du succès dans mon cas... Je crois que c'est sûrement mon style assez bien défini. J'ai créé une marque, contrairement à tous ceux qui sont de la web télé de façon hyper générique. Mon environnement s'est défini assez clairement avec mon micro rose, avec mon style de questions et par le lien que j'ai réussi à créer avec les artistes au fils du temps. Je suis aussi arrivée dans une période ou il y avait peu de web télés en magazine et j'ai réussi à trouver un certain modèle financier qui m'a permis de durer 7 ans. Peu d'émission sur le web ont eu cette ténacité.»

Ses conseils pour y parvenir:

«Je conseille aux jeunes femmes de créer quelque chose d'unique au lieu d'imiter ceux et celles qui ont déjà du succès. On a tendance à vouloir faire comme les gens qu'on admire mais c'est plutôt le contraire qu'il faut faire. Il faut être différent en gardant l'inspiration en tête.»

Véronique Beaupré, maître coiffeur et copropriétaire du salon local B

La route vers le succès:

«Ma recette est de suivre son instinct et de rester fidèle à ses valeurs. L'entrepreneuriat vient souvent avec des défis mais il suffit de suivre notre instinct, de ne pas avoir peur de se retrousser les manches et de mettre les bouchées doubles, car lorsqu'on est à la tête d'une entreprise, on y pense 24/24 7 jours sur 7!»

Ses conseils pour y parvenir:

«Il faut savoir bien s'entourer et surtout apprendre à déléguer aux bonnes personnes. Et être patient! Si je regarde une entreprise comme Aldo, ils ont mis 40 ans pour se retrouver à l'international, alors comme on dit «Rome ne s'est pas bâti en une nuit.»

Camille Dg, rédactrice en chef Le Cahier, animatrice

La route vers le succès:

«La recette du succès: c'est avant tout la passion, la rigueur, la constance et ne pas avoir peur de se réinventer. Le monde évolue rapidement, on ne peut rien prendre pour acquis en affaires et c'est ce que j'aime!»

Ses conseils pour y parvenir:

«Le premier conseil que j'aimerais donner est de se dire que tout le monde traitera la femme comme l'homme dans le monde des affaires. C'est faux, mais je dis à chaque jeune entrepreneur que ne rencontre que nous pouvons tout faire changer. Tout d'abord, homme ou femme, il faut avoir une idée et savoir se démarquer. Je ne suis pas une fervente du plan d'affaires puisque je n'en ai jamais fait un à proprement dit, mais je crois qu'il faut connaître tout de même le chemin qu'on veut traverser. Il faut aussi bien s'entourer que ce soit de collègues, de partenaires, de clients, etc. Le facteur humain est au coeur du travail de l'entrepreneur.»