OPINION
16/07/2019 14:08 EDT

6 idées pour que le nouveau Pont Champlain tienne ses promesses

Comment résoudre l'éternel problème de la congestion routière?

La Presse Canadienne/Ryan Remiorz
Le pont Samuel De Champlain est devenu l’icône emblématique de la métropole québécoise. 

Dans les villes, les ponts jouent un rôle essentiel en matière de mobilité, de dynamisme et de durabilité.

À preuve, la plupart des civilisations se sont développées autour de ces ouvrages d’art. Récemment inauguré à Montréal, le pont Samuel-De Champlain est devenu l’icône emblématique de la métropole québécoise. De fait, à la manière de l’incontournable Golden Gate ou du célèbre pont de Brooklyn, il représente une structure phare.

Cela dit, une question se pose : dans quelle mesure la conception du nouveau pont montréalais satisfera-t-elle aux exigences du siècle prochain?

Gestion du trafic… et des infrastructures

Afin de résoudre l’éternel problème de la congestion routière et d’assurer la mobilité durable à Montréal, le pont Samuel-De Champlain doit satisfaire à plusieurs conditions clés.

Premièrement, il faut prendre en considération les besoins en matière de mobilité de tous les acteurs en présence. Pour garantir une demande suffisante, l’élaboration des services de transport proposés tiendra compte des intérêts des piétons, des cyclistes, des automobilistes, des entreprises de camionnage ainsi que des transporteurs routiers publics de personnes et de marchandises.

Marc Bruxelle / EyeEm via Getty Images
Il conviendrait de coordonner les feux de circulation des voies d’accès au pont et de les régler en fonction de la fluidité ou de la densité du trafic routier.

Deuxièmement, le maintien en bonne condition de la chaussée passe par une saine gestion de la qualité des infrastructures. Lien routier le plus achalandé du pays, le pont Champlain était emprunté chaque année par plus de 50 millions de véhicules; son entretien coûtait des millions par année aux contribuables; et les rigoureux hivers montréalais et les opérations de déneigement qu’ils commandent inévitablement avaient d’importantes répercussions sur les conditions de trafic.

Forts de cette expérience, les responsables du nouveau pont devront adopter des mesures proactives pour que sa chaussée ne soit ni glacée ni parsemée de nids-de-poule. Enfin, pour éviter les retards dans l’écoulement de la circulation, l’infrastructure routière devra faire l’objet d’une surveillance assidue.

Troisièmement, l’absence de délais d’attente sur le pont exige le déploiement de stratégies intelligentes de gestion du trafic. Par exemple, il conviendrait de coordonner les feux de circulation des voies d’accès au pont et de les régler en fonction de la fluidité ou de la densité du trafic routier.

De même, il faudrait prévoir la mise en œuvre de solutions intelligentes en matière de gestion des incidents routiers, et ce, afin de communiquer – en temps réel – aux organismes visés toute fermeture de voie ou tout problème ou accident impliquant un véhicule. Ainsi, les intervenants pourraient effectuer sans tarder réparations et opérations de sauvetage.

Zero Creatives via Getty Images
Il faut définir des politiques et des règles visant une plus grande fluidité de la circulation.

Enfin, tout épisode de congestion routière devrait être signalé aux conducteurs au moyen d’alertes téléphoniques, de gazouillis ou de panneaux d’affichage dynamique à messages variables. Il y aurait aussi lieu de proposer des itinéraires facultatifs afin d’éviter la formation d’embouteillages.

Synchronisation, fluidité, incitatifs

Quatrièmement, pour répondre aux besoins des usagers, le nouveau pont doit optimiser son offre de services de transport. Afin d’assurer une meilleure mobilité, les correspondances entre le Réseau express métropolitaine (REM) et les moyens et pôles de transport existants – train, métro, autobus, aéroport et divers lieux de jonction – doivent s’exécuter sans encombre.

Il serait donc crucial de synchroniser les arrivées et les départs des différents services de transport, de garantir l’accessibilité aux arrêts de transport en commun et, en vue de maximiser l’expérience client, d’assurer aux usagers des déplacements sûrs, sécuritaires et fiables. Au moment d’élaborer ces services, il importera de prendre en compte les besoins particuliers de certains groupes, notamment les personnes à mobilité réduite, les enfants, les femmes et les aînés.

Cinquièmement, il faut définir des politiques et des règles visant une plus grande fluidité de la circulation. Comme le transport de marchandises a des répercussions majeures sur la congestion routière, il serait utile d’examiner de près la question.

Ainsi, pourquoi ne pas moduler le transport de marchandises en fonction des opérations de chargement ou de déchargement dans les zones de livraison – port de Montréal, centres commerciaux, parcs industriels – ou des embouteillages dans les rues de la ville? De même, pour faciliter les livraisons, il serait bon d’imposer et de faire respecter des restrictions quant aux dimensions des véhicules, aux horaires de leurs déplacements et à leur accès au pont.

Sixièmement, pour que le pont reste en bon état et serve longtemps, tous les paliers de gouvernement devront apporter leur soutien. Ce point est essentiel. Il faudrait prendre des dispositions afin de relier les parcs de stationnement incitatifs déjà existants aux services de transport utilisant le pont.

Des incitations devraient être prévues pour promouvoir une flotte propre et verte, par exemple véhicules électriques. Il serait également indiqué de promouvoir des solutions novatrices en matière de transport de marchandises. Par exemple, les camions pourraient emprunter à certaines heures la voie réservée aux autobus et les livraisons de marchandise, s’effectuer la nuit.

Nul doute, le pont Samuel-De Champlain crée un lien routier des plus novateurs entre l’île de Montréal et les collectivités de la Rive-Sud. Toutefois, pour qu’il tienne ses promesses, il faudra avancer encore plus d’idées avant-gardistes et obtenir l’appui indéfectible des responsables politiques. La Conversation

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation.