LES BLOGUES
27/04/2016 10:16 EDT | Actualisé 28/04/2017 05:12 EDT

Quand je serai grand, je serai travailleur autonome

L'"Uberisation" de l'économie est sans doute le terme le plus en vogue du moment. L'essor de l'économie collaborative et du digital a transformé notre rapport aux services. C'est tout l'écosystème économique qui est en train de changer, ainsi que notre approche du travail. Quelles sont les mutations et les opportunités actuelles?

L'«Uberisation» de l'économie est sans doute le terme le plus en vogue du moment. L'essor de l'économie collaborative, couplée aux opportunités offertes par le digital, a transformé notre rapport aux services. De façon plus globale, c'est l'écosystème économique et notre approche du travail qui est en train de changer. De plus, la nouvelle génération de travailleurs tend vers plus de flexibilité, de mobilité et d'indépendance.

La «freelancisation» de l'économie

Les profils représentés dans cette population sont extrêmement divers : designers, graphistes, chefs de projet, développeurs, rédacteurs, coachs, consultants...

La mise en place de communautés de freelances

Le cliché du travailleur indépendant isolé a la vie dure. Pourtant, de nouveaux outils lui permettent aujourd'hui de faire partie de véritables communautés :

• Des plateformes en ligne mettent en relation les entreprises et les travailleurs autonomes autour de projets communs.

• Des espaces spécifiques apparaissent pour ces travailleurs extérieurs au monde de l'entreprise traditionnelle. «Aujourd'hui, le travail se fait en réseau par une agrégation ponctuelle de compétences se formant et se reformant selon les projets, plus rapide et flexible que les structures très hiérarchisées des entreprises.» Cette définition du coworking par La Mutinerie illustre les enjeux relatifs aux nouvelles organisations du travail. C'est en 2005, à San Francisco, que le premier espace de coworking a vu le jour : The Hat Factory... et aujourd'hui, on en dénombre plusieurs milliers à travers le monde! La force de ces espaces réside dans les interactions qu'ils autorisent entre des individus aux profils multiples.

• Au-delà des espaces dédiés, une nouvelle option prend de plus en plus d'ampleur : la location d'espaces de travail chez des particuliers ou dans des entreprises qui n'exploitent pas tous leurs atouts.

• De nouveaux types de structures voient le jour. Aucune hiérarchie, aucune adresse fixe, mais une vision et des valeurs communes. Contrairement à une entreprise classique, les membres ne partagent pas nécessairement un quotidien, mais se retrouvent lors de retraites à l'étranger pour développer de nouveaux produits, faire des formations, intégrer de nouveaux travailleurs indépendants...

Statut juridique et couverture sociale des nouveaux travailleurs

Ces mutations relatives au travail laissent entrevoir de nouveaux modèles intéressants, mais soulèvent néanmoins de nombreuses questions par rapport au statut juridique et à la couverture sociale de ces nouveaux travailleurs. Finalement, «le grand débat est (...) d'attacher des droits à la personne et non aux contrats de travail», comme le résume Jean-Marc Daniel, économiste et professeur associé à l'ESCP Europe.

De nouveaux défis se dessinent donc pour les instances gouvernementales, qui devront faire évoluer des codes du travail développés à l'ère industrielle...

Ce billet a initialement été publié sur le Huffington Post France.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Emploi : 10 clefs pour rebondir Voyez les images