Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Votre téléphone vous traque toutes les 3 minutes

Est-il normal que certaines applications pour téléphone intelligent continuent à traquer cet usager, même quand il n'en fait pas expressément la demande?

Bien qu'il soit utile que certaines applications pour téléphones intelligents puissent localiser un usager, afin de lui délivrer l'information la plus pertinente par rapport à l'endroit où il se trouve. Est-il normal que ces mêmes applications continuent à traquer cet usager, même quand il n'en fait pas expressément la demande? Pourtant, c'est bien ce que font les téléphones Android, rapporte le Wall Street Journal.

Des chercheurs de l'Université de Carnegie Mellon, située à Pittsburgh en Pennsylvanie, ont mené une étude auprès de 23 personnes à qui ils ont demandé d'utiliser leurs téléphones intelligents normalement. Les chercheurs ont ensuite traqué les demandes de partage de données effectuées par leurs applications grâce à un logiciel préalablement installé sur leurs appareils.

Ils ont remarqué que les applications les plus populaires traquaient les participants 385 fois par jour ou une fois toutes les 3 minutes, (ou encore, 6200 fois en l'espace de 15 jours).

Selon le WSJ, même si ces applications apportent des services utiles basés sur la localisation, le nombre de requêtes est démesuré par rapport au service demandé.

L'application météo The Weather Channel, par exemple, a interrogé les téléphones intelligents 2000 fois pendant la période de test, ou toutes les 10 minutes.

Groupon, un site de commerce électronique basé sur le concept d'achat groupé, qui doit savoir où se trouve l'usager afin de lui proposer les offres les plus intéressantes dans un paramètre de proximité, a interrogé un des participants à 1062 reprises.

"Groupon a-t-il vraiment besoin de savoir où vous vous trouvez toutes les 20 minutes, même quand vous dormez?" demande Norman M. Sadeh, professeur à Carnegie Mellon et co-auteur de cette étude.

Bien que les usagers comprennent qu'en échange de certains services gratuits ils donnent leur accord pour livrer des informations personnelles, la plupart ne réalisent pas à quelle fréquence leurs données sont collectées puis partagées, rapportent les chercheurs.

"L'option par défaut de la fonction de géolocalisation est configurée à l'envers", selon Marc Rotenberg, président du Electronic Privacy Information Center, une association américaine qui défend le droit à la vie privée. "Elle ne devrait s'activer que lorsque l'usager sollicite l'application, et non de manière continue."

Les développeurs d'applications mobiles font explicitement en sorte que leurs applications récoltent le plus de données possible. Car les publicitaires paient 10 à 20% de plus pour une annonce qui cible un usager selon sa géolocalisation.

L'étude de Carnegie Mellon ne concerne que les téléphones intelligents Android, souligne le magazine Consumerist, car une application sur Android contraint l'usager à accepter tous ses paramètres en la téléchargeant. Contrairement à Apple, qui permet à l'usager d'un iPhone d'activer ou de désactiver le partage de données.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les plus belles photos prises en 2014 sur iPhone

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.