LES BLOGUES
15/04/2015 11:28 EDT | Actualisé 15/06/2015 05:12 EDT

La menace terroriste et la fin des blogues personnels

Dernièrement, le FBI a publié un avertissement adressé aux éditeurs de blogues réalisés avec le système de gestion de contenu WordPress, qui sont au nombre de 74,6 millions, soit près de 20 % de tous les sites sur le Web en 2014.

Il y a un peu plus de 10 ans, les blogues ont envahi l'Internet. Des millions de sites Web personnels sont apparus spontanément partout dans le monde. Co-auteur avec Cyril Fiévet d'un livre intitulé Blog Story publié aux Éditions Eyrolles en 2004, nous avions décrit ce phénomène de publication comme un nouveau format. Un nouveau terrain d'expression. Une nouvelle forme de communication. Un nouveau média. Les blogues étaient tout cela à la fois.

Rares ont été les mouvements d'une telle ampleur, spontanée et internationale. Par bien des aspects, les blogues étaient peut-être la première réalisation de la promesse ancienne d'un Internet populaire et démocratique, sur laquelle tout le monde pouvait librement et facilement s'exprimer, voire connaître la célébrité.

C'était en 2004.

Aujourd'hui, bien que les logiciels automatisés de publication prolifèrent encore sur le Web - WordPress, Blogger, Joomla!, Blogspot, Overblog, pour n'en citer que quelques-uns - , permettant à tout et à chacun d'ouvrir un blogue facilement sans connaître le langage HTML, l'environnement sur Internet a tellement changé à la suite des menaces liées à la sécurité, qu'il est difficile de maintenir une présence sans avoir recours tôt ou tard à un professionnel informatique.

La semaine passée le FBI a publié un avertissement adressé aux éditeurs de blogues réalisés avec le système de gestion de contenu WordPress (au nombre de 74.6 millions, représentant près de 20 % de tous les sites sur le Web en 2014).

De multiples dégradations de sites Web WordPress ont été perpétrées par des individus sympathiques à l'État islamique et se proclamant membre d'ISIS. Bien que les dégradations ne démontrent pas un niveau de piratage encore très sophistiqué, ils sont néanmoins perturbateurs, entraînant des coûts pour détecter, puis réparer les systèmes infectés.

Le FBI recommande « d'installer la dernière version du thème WordPress utilisée, pour parer aux vulnérabilités, et installer les plug-ins adéquats. »

Des démarches compliquées à faire pour des non-techniciens

Google, de son côté, débusque chaque jour 10 000 sites infectés par des logiciels malveillants, en général à l'insu de l'administrateur du site, et remplace leurs pages d'accueil avec un avertissement. Un message similaire s'affiche dans les résultats de recherche. En décembre dernier, 10 000 sites WordPress ont été ainsi mis sur la liste noire de Google.

Le géant du Web exige également que les sites soient sécurisés avec le nouveau protocole HTTPS, pour protéger les utilisateurs des pirates, qui tentent de récupérer des données sensibles sur leurs ordinateurs. Et il exige également qu'ils soient formatés pour être lisibles sur les appareils mobiles. Comme mesure coercitive, Google a annoncé qu'il allait introduire de nouveaux algorithmes qui prendront en compte ces deux facteurs dans leurs critères de référencement.

Ouvrir un blogue et le gérer, cela commence a été trop compliqué, trop dangereux et trop coûteux

C'est l'humanité tout entière qui sera perdante. Des voix comme celle de Salem Pax, le blogueur de Bagdad, qui a décrit ce qu'il voyait depuis sa fenêtre, apportant un témoignage précieux sur l'Irak en 2002, ne s'élèveront plus.

Les blogueurs qui commentent l'actualité avec brio, souvent en tant que spécialiste d'un sujet et apportant un complément indéniable au journalisme, finiront par disparaître.

Et tous les blogueurs individuels qui ont partagé leur passion et enrichi l'Internet par leurs connaissances seront tôt ou tard simplement défaits par les frais engendrés et les difficultés techniques à surmonter.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images