LES BLOGUES
02/06/2017 09:55 EDT | Actualisé 02/06/2017 09:55 EDT

Un grand ménage printanier en cours au ministère des Transports?

Des sources à l'intérieur du ministère m'affirment maintenant que l'autre haute fonctionnaire concernée par les allégations, Nathalie Noël est maintenant dans l'organigramme de la Société de l'assurance-automobile du Québec (SAAQ).

Le ministère des Transports a fait de nombreuses fois les manchettes dans les dernières années. Dépassements de coûts fréquents dans la construction des routes et des infrastructures, gestion de crise catastrophique de la tempête en mars dernier, et j'en passe. Il y règne une culture du secret qu'aucun ministre ne réussit véritablement à dompter.

En mars dernier, la vérificatrice générale remettait un premier rapport sur la gestion au ministère des Transports. Un rapport désastreux qui pointait du doigt la haute direction et qui parlait d'une structure organisationnelle lourde, ainsi que d'une gestion déficiente.

La vérificatrice générale nous promettait un deuxième rapport en mai ou en juin qui examinerait de plus près dans quelle mesure le ministère s'assure de la conformité aux règles en vigueur quand il octroie un contrat.

Cette semaine, on attendait donc le rapport de la vérificatrice générale avec intérêt. Alors qu'on croyait qu'il aborderait peut-être le cas du ministère des Transports, il semble que ce dernier point fera finalement l'objet d'un rapport distinct qui sera déposé d'ici deux semaines.

Si vous vous demandez pourquoi vos taxes et impôts servent à payer les constants dépassements de coûts sur les chantiers au Québec, il faut forcément se tourner vers notre fameux ministère des Transports.

À l'intérieur du ministère, le département responsable de la conformité des contrats relève du sous-ministère de la surveillance des marchés et à l'administration. Il s'agit de la direction qui fut au cœur des témoignages explosifs des deux lanceuses d'alerte Annie Trudel et Louise Boily il y a un an à l'Assemblée nationale.

Louise Boily était vérificatrice interne au ministère des Transports. Annie Trudel était une analyste embauchée par l'ex-ministre Robert Poëti pour faire la lumière sur les irrégularités à l'intérieur de l'organisation.

Louise Boily et Annie Trudel ont eu beaucoup de courage en dénonçant les situations déplorables qu'elles ont vues et subies. Intimidation, obstruction, falsification de documents. Tout cela parce qu'elles mettaient en lumière des pratiques de fractionnements des contrats (méthode pour contourner les règles d'appels d'offres) et d'autres irrégularités.

Les personnes visées par les allégations de mesdames Boily et Trudel étaient Dominique Savoie, sous-ministre des Transports de l'époque, ainsi que Danièle Cantin et Nathalie Noël, deux hautes fonctionnaires oeuvrant au sous-ministère de la surveillance des marchés et à la direction de la surveillance des marchés et de l'observation des règles contractuelles.

Dominique Savoie n'a pas résisté à la première vague de ménage survenue au sein du ministère à la suite de ces témoignages accablants.

Par contre, Danièle Cantin et Nathalie Noël avaient conservé leur poste. Les deux hautes fonctionnaires avaient toujours nié les allégations qui pesaient contre elles.

Alors que le rapport de la vérificatrice générale est attendu d'ici deux semaines, voilà que les départs semblent se multiplier à la direction de la surveillance des marchés et de l'observation des règles contractuelles.

Alors que le rapport de la vérificatrice générale est attendu d'ici deux semaines, voilà que les départs semblent se multiplier à la direction de la surveillance des marchés et de l'observation des règles contractuelles.

Cette semaine, Louis Lacroix révélait que Danièle Cantin, sous-ministre adjointe, serait affectée à d'autres tâches dans un autre ministère. Des sources à l'intérieur du ministère m'affirment maintenant que l'autre haute fonctionnaire concernée par les allégations, Nathalie Noël est maintenant dans l'organigramme de la Société de l'assurance-automobile du Québec (SAAQ). Des voix murmurent même que son dauphin, un chef de service du même département, Jean-Philippe McKenzie, la suivrait possiblement.

Bref, un ménage de printemps semble être en cours au ministère des Transports relié à l'octroi des contrats. On se demande donc quel sera le contenu de ce fameux rapport de la vérificatrice générale...

La vérificatrice qui reporte son rapport pour se concentrer sur le ministère des Transports et les têtes qui roulent à la gestion de la surveillance des marchés... De drôle de hasards qui surviennent à un drôle de moment.

Ce rapport contiendrait-il enfin des réponses claires sur la gestion des contrats au Québec, sur les dépassements de coût incessants pour nos routes et nos infrastructures et sur la culture du secret qui entoure la gestion du ministère des Transports? Espérons-le! La suite dans un cinéma près de chez vous d'ici deux semaines.

LIRE AUSSI:

» Qui dirigera la Fédération des commissions scolaires du Québec?

» Le Parti Québécois n'est pas mort!

» Trump of Cards

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST