LES BLOGUES
22/03/2017 09:27 EDT | Actualisé 22/03/2017 10:25 EDT

Des formations de mode offertes au personnel des commissions scolaires?

Les dernières semaines ont amené leur lot de mauvaises nouvelles dans le domaine de l'éducation. De nombreuses écoles sont en ruine. La situation est particulièrement alarmante à Montréal, où près de 90% des écoles sont en mauvais état. Le nombre d'élèves en difficulté a bondi dans les dernières années. Le quart seulement de ces élèves obtiendra un diplôme d'études secondaires. Derrière chacun de ces jeunes que notre système d'éducation «échappe», il y a des drames humains.

Pendant que nos écoles tombent en ruine, pendant que nos enseignants s'épuisent à gérer des classes qui comportent un nombre toujours plus grand de cas lourds sans qu'on leur fournisse les ressources pour les soutenir, les commissions scolaires semblent complètement déconnectées. Elles offrent à leur personnel administratif des formations plutôt... insensées.

Le vendredi 7 avril 2017, le personnel administratif des commissions scolaires est convié à une journée de formation au pittoresque Château Bromont, en Estrie. Parmi la liste des formations offertes, on retrouve des formations comme «Passer du bureau au 5 à 7», «Comment paraître 10 livres en moins», «Oser être audacieux dans ses choix vestimentaires», «Suivre la mode sans se ruiner» données par Jean Airoldi (j'aime beaucoup Jean Airoldi, mais quel est le lien avec le personnel administratif des commissions scolaires?). Il y a également des formations sur la «biochimie du bonheur» et les «draineurs d'énergie» données par Isabelle Fontaine. Le coût de cette journée de formation varie entre 385$ (occupation simple) et 1085$ (occupation quadruple).

Ces formations sont offertes aux commissions scolaires par l'Agence de Formation Scolaire Québécoise Inc., qui se décrit comme un intermédiaire entre les services et les différentes ressources éducatives dont la mission est d'organiser des ateliers de perfectionnement.

Les commissions scolaires doivent garantir qu'aucun denier public ne sera engagé pour cette formation. Et même si le coût de la formation n'était finalement pas remboursé aux participants (ce dont je doute...), il y a encore deux problèmes.

Premièrement, la formation a lieu un vendredi (jour de travail). Les contribuables québécois seront donc appelés à payer pour cette triste comédie, puisque nous payons le salaire du personnel avec nos impôts.

Deuxièmement, ces formations ne sont aucunement pertinentes au personnel administratif des commissions scolaires. En fait, on frise le ridicule. Est-ce trop demander que l'offre de formation soit pertinente à l'exercice de leur fonction?

Devant une telle sottise, je me demande si je suis la seule à crier au loup. Où sont nos priorités? Pour qui le système d'éducation travaille-t-il? Je me demande si je suis la seule à penser que notre système d'éducation semble être devenu un monstre bureaucratique que nous avons vidé de son sens premier: le service à l'élève.

Pendant que des bureaucrates apprennent à s'habiller pour paraître 10 livres en moins, des professeurs crient à l'aide et manquent de ressources pour les épauler dans leurs classes.

Pendant que des bureaucrates apprennent à s'habiller pour paraître 10 livres en moins, des professeurs crient à l'aide et manquent de ressources pour les épauler dans leurs classes. Des enfants, de jeunes êtres humains, seront oubliés dans les mailles d'un système qui ne leur donnera pas les outils nécessaires pour accomplir leur plein potentiel. Qu'est-ce qui ne tourne pas rond?

Encore une fois, nous assistons à la plus pathétique démonstration de notre état obèse dans lequel se prennent des décisions qui sont totalement insensées, sans que personne ne soit responsable ou sanctionné.

Ce qui encore plus choquant, c'est que les commissions scolaires ont un historique désolant de dépenses injustifiées qui frisent le rocambolesque en ce qui concerne les formations et les congrès. Des histoires de congrès en République Dominicaine ou à Hawaï, pour n'en citer que quelques-unes.

Je me demande ce que fait le ministre de l'Éducation. Des formations de mode offertes au personnel administratif des commissions scolaires... Vraiment? À mon avis, il s'agit d'une situation totalement dérisoire qui mériterait un rappel à l'ordre aux commissions scolaires de sa part. Dans le cas contraire, la prétendue priorité accordée par son gouvernement à l'égard de l'éducation paraîtra vide de sens.

LIRE AUSSI:

» Moins de formation pour les médecins de famille

» Le reste du Canada devrait-il s'inspirer de «Commande un Angelot»?

» Un comité des Communes se penche sur la «culture du viol»


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter