THE BLOG

Chère maman et cher papa

C'est à cause de vous que j'ai réussi mon parcours scolaire primaire et secondaire. Maintenant que je vais au cégep, je veux que vous sachiez ceci: vous serez toujours mes idoles.
This post was published on the now-closed HuffPost Contributor platform. Contributors control their own work and posted freely to our site. If you need to flag this entry as abusive, send us an email.

Le secondaire est terminé pour moi, et vous m'avez probablement vu grandir trop rapidement. À la maternelle, j'étais la seule fille qui pouvait lire les paroles de la chanson du Petit Papa Noël dans le groupe, et voilà que j'ai maintenant 17 ans. Vous avez le droit de pleurer, comme je le fais en écrivant ceci.

La vie file à la vitesse de la lumière, mais on tente de tout faire pour qu'elle ralentisse. À l'ère où la société défile devant nos yeux, moi aussi j'embarque dans ce train se déplaçant à vitesse fulgurante.

Moi aussi je veux ralentir. Moi aussi je veux voir mon évolution à travers mes années d'existence. Je crois que je suis devenue une jeune femme dont vous êtes fières. Une jeune femme qui a su persévérer dans les moments les plus difficiles. Nous sommes passés à travers tous ensemble. Vous m'avez consolée après un malheur et c'était réciproque. Vous m'avez montré que dans la vie, rien ne nous sera donné. Il faut travailler. Il faut travailler fort. Ça prend de la volonté pour se rendre à la ligne d'arrivée. Et je ne déciderai pas de la distance de cette dernière de mon point de départ. Elle semble bien loin. Et elle l'est très souvent. Par contre, vous m'avez aidé à y arriver.

Papa, maman, vous m'avez aidée à la franchir cette ligne d'arrivée. Cette longue course qui semblait si interminable a été conquise avec votre aide. Vous avez cru en moi, vous n'avez jamais douté de mes capacités alors que je n'avais pas confiance en moi. Vous m'avez montré que tout est possible tant que nous sommes prêts à y mettre l'effort. Je ne pense pas que je serais ici en train de vous écrire sans votre aide, sans la confiance que vous m'avez donnée.

C'est grâce à vous que j'ai été capable de lire ces paroles de la petite chanson de Noël, parce que vous passiez des soirs qui vous semblaient fort probablement interminables, à me laisser lire de courtes histoires pour enfants avant d'aller me coucher à 20h. Vous vouliez que j'atteigne mon plein potentiel, en autant que je m'amuse. Cette théorie, je crois, s'applique à tout ce que j'ai fait à travers ma vie jusqu'à présent: le concert à Carnegie Hall avec la chorale, le patinage artistique, la vague contre l'intimidation, le soccer, la natation et maintenant le vélo.

Vous m'avez aidée à traverser tous les moments les plus difficiles de ma vie: la quantité innombrable de blessures, la quantité infinie de rendez-vous chez des dizaines de spécialistes, les gros examens, le premier voyage sur l'autoroute (merci papa), les soirs que j'ai passés à pleurer pour des raisons qui sont ridicules quand j'y pense.

C'est grâce à vous que j'ai réussi mon parcours scolaire primaire et secondaire. Maintenant que je vais au cégep, je veux que vous sachiez ceci: vous serez toujours mes idoles. Je vous vois chaque jour et j'espère que j'aurai autant de succès que vous.

Pas le gros emploi ou le gros salaire, mais le temps de disponible pour être avec moi et ma sœur, le temps de nous emmener où nous le demandons, le temps d'apprécier la vie et les fruits qu'elle nous apporte. La vie défile devant nos yeux. Elle est un train qui ne cesse de rouler à une très grande vitesse. Je suis certaine que vous pensez que c'était hier que vous me regardiez, à côté des autres parents, m'écoutiez et me regardiez chanter et lire les paroles du Petit Papa Noël.

Papa, je suis certaine que tu penses que c'était hier que tu es venu dans ma classe de deuxième année du primaire présenter ton emploi à mes camarades de classe et que tu as apporté des petits cadeaux pour chacun. Mom, I'm sure you thought it was yesterday that you held me in my arms for the first time, where my head fit in the palm of your hand.

On dirait que c'était hier que j'ai bouleversé votre vie, que je suis venue au monde. Merci d'avoir cru en moi. Merci de n'avoir jamais abandonné votre précieux travail, m'éduquer. Je ne pense pas que vous m'auriez imaginée comme je suis aujourd'hui quand je suis venue au monde. Je suis pleine de surprises. Et ce n'est que le début. Vous serez fiers de moi. Autant que je suis fière de vous.

À LIRE AUSSI SUR LE HUFFPOST QUÉBEC:

>24 questions à poser à vos parents pendant qu'il en est encore temps - Amy Gibson

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Quand les enfants agissent comme leurs parents