Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

L'écologie n'est pas glamour

L'écologie, c'est la femme idéale: tout le monde veut l'épouser mais personne ne veut vivre avec.

L'intérêt médiatique à l'égard des changements climatiques n'est plus digne de faire la une des rédactions. Est ce la faute du journaliste coupable de ne pas intéresser son lectorat? Est-il trop soucieux de son audience? Manque t-il de fonds?

Un lourd fardeau pèse sur les épaules du journalisme environnemental. Politisée dans les années 1970, l'information écologique devient une forme de contestation et de militantisme. Le mouvement trop fortement représenté par les femmes a en quelque sorte décrédibilisé le pouvoir des médias sur l'écologie et son importance, sans doute parce que celles-ci se voient habituellement attribuer des rubriques moins gratifiantes. Aujourd'hui, les sujets sur l'environnement sont affectés confusément aux journalistes scientifiques.

On ne ressent pas les mêmes sensations que le pilote de Formule 1 quand on pousse une trottinette. Or, les journalistes doivent faire face au manque de formation et de soutien des éditoriaux. Confier un sujet écolo à un journaliste qui vient travailler en vélo chaque matin, n'est pas forcément du bon sens.

Pour Maud Fontenoy, auteur d'ouvrages consacrés à l'environnement et porte-parole de l'UNESCO pour les océans, les beaux discours ne suffiront pas à la décatégoriser du monde des peoples. Récolter des fonds pour envoyer des enfants pauvres dans l'océan Indien est plus vendeur qu'un message écologique. Puis on apprend par un autre magazine que la navigatrice a donné naissance à son troisième enfant et par ailleurs on découvre une illustration légendée de la jolie maman: «Maud Fontenoy en maillot » au bord d'un lagon paradisiaque. Il est peu probable que cette photo nous donne envie de protéger l'océan et d'en savoir plus sur le mal qui le ronge.

Il faut bien avouer que l'écologie traditionnelle n'est pas sexy, c'est même ennuyeux. Le recyclage par exemple: tout le monde en parle mais combien le font? Qu'en est-il de ceux qui relaient l'information sur l'importance cruciale de trier ses déchets, le font-ils? C'est ennuyeux la construction de centrales électriques au charbon, préserver la Terre c'est ennuyeux, protéger les baleines aussi, c'est ennuyeux.

Shiva nous fait avaler que la nature serait mieux lotie si les femmes la cultivaient. Les gens, quant à eux, ne sont pas très à l'aise avec les écologistes féministes. Par aversion aux mouvements et aux opinions stéréotypées où on les imagine faisant des câlins aux arbres, vêtues en hippies.

L'écologie, c'est la femme idéale: tout le monde veut l'épouser mais personne ne veut vivre avec. À moins que les médias ne parviennent à nous la présenter sous son meilleur jour.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les 10 pays les plus énergivores

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.