LES BLOGUES
16/10/2014 09:06 EDT | Actualisé 16/12/2014 05:12 EST

Trois verbes magiques pour décrocher un emploi

On dit souvent que le recruteur se fait une idée du candidat dans les trois à cinq premières minutes de rencontre.

La recherche d'emploi est un véritable parcours du combattant pour toute personne désirant trouver sa place au soleil. Elle est encore plus problématique pour les immigrants qui, à force d'essuyer des refus à leur candidature, perdent leur propre estime et se sentent de plus en plus frustrés par rapport à leur situation. Ils se trouvent souvent confrontés à une nouvelle réalité qu'il est difficile d'appréhender s'ils ne disposent pas de tous les outils adéquats (CV, lettres de présentation, etc.), d'une bonne stratégie d'approche des employeurs, mais aussi et surtout d'un tempérament de fonceur. C'est pour cette raison qu'ils doivent redoubler d'efforts et d'ardeur pour se montrer encore plus convaincants que les « Québécois pure laine » et les personnes ayant déjà fait leur formation académique au Québec.

Dans un contexte de crise économique difficile, le chercheur d'emploi immigrant doit se montrer très convaincant pour décrocher un emploi dans son domaine de compétences.

Séduire

On dit souvent que le recruteur se fait une idée du candidat dans les trois à cinq premières minutes de rencontre. C'est pourquoi il est très important de bien soigner son image, c'est-à-dire avoir une attitude positive vis-à-vis de l'employeur (bonne poignée de main ferme, le sourire, regard droit dans les yeux). Mettez-vous à la place de l'employeur qui cherche à recruter un futur employé qui insufflera du sang neuf avec toujours le plaisir de travailler en équipe. Cette valeur ajoutée est votre mot de passe pour accéder à l'emploi. L'attitude positive et la capacité de communiquer constituent les exigences de base qui sont demandées par les employeurs, quel que soit le type d'emploi.

Convaincre

Les candidats doivent convaincre l'employeur qu'ils ont toutes les compétences requises pour le poste visé et qu'ils seront capables en tout temps d'atteindre, et même, de dépasser les objectifs fixés. La course aux talents ainsi que la compétition étant ce qu'elles sont, les employeurs font tout ce qui est en leur pouvoir pour dénicher la perle rare. Il appartient donc à la personne immigrante de bien vendre ses compétences en sachant, entre autres, les illustrer par des exemples concrets tout en mettant l'accent sur ses réalisations et expériences précédentes en lien avec les exigences du poste.

Rassurer

Quand on parle de la fameuse expérience québécoise, il ne faut pas seulement l'interpréter comme une expérience technique, mais aussi et surtout considérer globalement l'environnement de travail (comment interagir avec les membres de l'équipe avec tact et diplomatie, avoir le sens de la négociation, etc.). Ne dit-on pas souvent que le Québec est une société de compromis et de consensus ? L'employeur se pose toujours des questions concernant l'adaptabilité de la nouvelle recrue et sa capacité à bien intégrer un nouvel environnement, à bien apprivoiser la culture de l'entreprise, les valeurs et la mission de l'entreprise. Au cours de l'entrevue, vous devez aussi démontrer à vos interlocuteurs que vous savez gérer le stress. Étant donné que l'entreprise a des objectifs à atteindre, elle souhaite intégrer en son sein des personnes capables de travailler sous pression.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les grosses erreurs lors de l'entretien d'embauche Voyez les images