LES BLOGUES
12/05/2015 08:25 EDT | Actualisé 12/05/2016 05:12 EDT

Le mot «confiance» et les Canadiens de Montréal

Avez-vous confiance que les Canadiens de Montréal feront une remontée et l'emporteront ? Il y a trois jours, lorsque le Lightning de Tampa Bay remportait une troisième victoire consécutive, Grégoire, mon garçon de 8 ans, était complétement découragé. Il m'a dit: «Papa, c'est impossible! Ils ne seront jamais capables d'en gagner quatre d'affilée, même pas une seule!» Je lui ai dit que l'important était que les joueurs du CH aient encore confiance. Une partie à la fois. Ce dimanche matin en se réveillant, il croit que tout est possible! «Papa, ils vont remonter n'est-ce pas?» Toi, Grégoire, as-tu confiance qu'ils en sont capables? Oui, ils en sont capables! La confiance est contagieuse.

C'est un exemple de la fragilité et de la puissance de la confiance. Combien de fois avons-nous entendu l'expression «nous avons confiance en la victoire», «j'étais en confiance ce soir» ou «j'ai confiance en Carey Price». Certes, l'exemple du Canadien est facile à utiliser, mais dans le quotidien de nos vies, c'est un peu la même chose. Un moment, on se sent invincible et la confiance est totale. Soudainement, un événement vient ébranler cette confiance et nous fait douter.

Pour continuer avec l'analogie de la confiance et du hockey, la confiance individuelle est une chose, mais la confiance collective est tellement plus puissante. C'est souvent ce qui fait la différence. Il y a trois ans, les Canadiens de Montréal croupissaient au fond du classement général avec plusieurs joueurs individualistes, dont plusieurs qui préféraient faire la fête dans les bars. L'année suivante, notre équipe passait du 28ème au 4ème rang... Que s'est-il passé? Certes, nous nous sommes départis de Scott Gomez... mais une équipe somme toute assez moyenne sur papier a réussi un exploit remarquable.

Pour ceux qui connaissent la philosophie des Molson, vous ne serez pas surpris. Les valeurs d'une organisation sont puissantes et l'engagement est une prémisse incontournable. Soirée après soirée, jour après jour, les membres de l'équipe (pas juste les joueurs) mettent en application ces valeurs et cet engagement. Parmi ces valeurs, citons: l'organisation en premier; chacun a son rôle dans le système; le respect; le professionnalisme; et, bien entendu, la solidarité. Ces valeurs appliquées au quotidien forment un tout qui permettent à l'organisation d'aller plus loin et de se relever plus facilement dans les moments difficiles.

Si cela fonctionne pour une équipe de hockey, pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas dans nos organisations? Demandez-vous si votre PDG, votre gestionnaire, vos collègues et vous-même investissez des efforts pour renforcer cette confiance? Trop d'organisations regorgent de gens qui ont fait le pari de l'individualisme, de prendre pour eux-mêmes plutôt que de rechercher le travail d'équipe et le meilleur intérêt de l'organisation.

Les valeurs de votre organisation sont-elles de vraies valeurs, ou des valeurs adoptées par un avocat ou un responsable des communications au 19ieme étage?

Ses valeurs sont-elles vécues et partagées? Les bottines suivent elles les babines? Malheureusement, beaucoup trop d'organisations adoptent des valeurs pour les mettre avant tout sur une belle affiche couleur...

Selon nos recherches à l'Institut de la confiance dans les organisations, très peu d'organisations investissent des efforts pour renforcer la confiance de leurs employés et celles de leurs relations externes (clients, créanciers, autorités réglementaires, partenaires, population, etc.)

Or, selon une étude de notre Institut réalisée en 2013 auprès de 1300 Québécois, 95% d'entre nous souhaitons que nos entreprises investissent des efforts pour renforcer cette confiance. Qu'attendons-nous pour prendre l'exemple de notre Sainte-Flanelle? Les joueurs des Canadiens et les joueurs de plusieurs autres équipes de hockey, de football, de basketball, ont compris la puissance de la confiance collective. C'est souvent celle-ci qui fait toute la différence. Par contre, elle n'arrive pas par magie, elle doit être travaillée par chacun, avec chacun, et tous les jours. C'est ce que j'appelle: entretenir nos cercles de confiance.

Maintenant, croyez-vous que le Canadien de Montréal peut remonter la pente et remporter une troisième, puis une quatrième partie consécutive? Et vous, souhaitez-vous que votre entreprise, votre PDG, votre gestionnaire et vous-même investissiez des efforts dès le lundi matin pour solidifier cette confiance collective et atteindre un but commun? La confiance organisationnelle est l'art de mettre en résonnance les différents intérêts, individuels et de groupe, afin d'agir dans le meilleur intérêt de l'organisation.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Canadiens de Montréal vs. Lightning de Tampa Bay - 10 mars 2015

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter