LES BLOGUES
20/01/2013 07:50 EST | Actualisé 22/03/2013 05:12 EDT

Second débat au PLQ, des divisions apparaissent

SRC

Le deuxième débat entre les candidats à la chefferie libérale a fait apparaître des lignes de divison entre Philippe Couillard, Pierre Moreau et Raymond Bachand qui aspirent à remplacer Jean Charest le 17 mars.

Mais d'abord, la déclaration la plus surprenante revient à l'ancien ministre des Finances, M. Bachand, qui a pu proclamer durant les échanges au cégep Limoilou à Québec que «la dette nous l'avons réglée» en créant le Fonds des générations. En effet, elle ne composera plus que 45% du PIB en...2025.

Il y a un peu d'emballement ici. Le mécanisme de remboursement existe mais la dette pèse ausi lourd sur nos épaules.

Cette seconde confrontation, il y en aura 5 au total, portait sur la Gouvernance ce qui recouvre notamment la question de l'intégrité. Le négligé dans la course, Pierre Moreau, a pris l'initiative en suggérant dès le départ de conférer un caractère permanent à la Commission Charbonneau.

Ses adversaires croient qu'il est prématuré d'en faire un instrument permanent de lutte à la corruption, d'autant qu'on peut miser sur l'Unité permanente anticorruption (UPAC). En point de presse l'ex-ministre des transports a précisé sa proposition: une commission en mode de veille qui surveille l'ensemble de l'attribution des contrats. S'il y a matière criminelle, le tout est référé à l'UPAC, si on voit apparaître un stratagème avec une «preuve insuffisante», la commission entre en action.

La suggestion a été accueillie froidement par MM. Bachand et Couillard qui trouvent que la juge Charbonneau en a plein les bras.

La question nationale divise aussi les candidats. Pierre Moreau est le plus fédéraliste. Il constate que le fait que le Québec n'a pas signé la constitution de 1982, quoique déplorable, n'a pas d'impact pour les citoyens. Il presse le PLQ de ne pas masquer ses convictions en cherchant à rapatrier un vote francophon plus nationaliste. «Ce serait faire fause route» juge-t-il.

Couillard se présente comme le champion de la spécificité du Québec et croit que les Québécois devraient s'entendre sur leurs distinctions avant de présenter de nouvelles demandes au Canada. Il parle d'une «conversation», aux contours bien flous, entre Québécois. À ceux qui affirment que le fruit n'est pas mûr il rétorque que «parfois, il faut faire mûrir le fruit».

Raymond Bachand préfère parler des batailles qu'il a menées sur le terrain, entre autres sur le remboursement de la TPS, et soutient qu'il faut choisir ses batailles. Incidemment, il a reproché à Philippe Couillard d'avoir une approche bien «théorique», donnant l'exemple de la vente de Rona à des intérêts étrangers.

Couillard, qui a pris une vacance de la politique, a pu reprocher au gouvernement libéral d'avoit trop tardé à créer une commission d'enquête et à régler la crise étudiante. Selon lui, la gestion de ces crises est devenue aussi importante que l'enjeu lui-même.

Encore une fois, l'animatrice Dominique Poirier, a posé des questions directes aux aspirants-chefs: «êtes-vous intègre?», «a-t-on les moyens de maintenir le modèle québécois?» «sommes-nous trops taxés? ».

Cela permis d'apprendre que Phillippe Couilard trouve l'état hypertrophié et qu'il veut réduire la bureaucratie alors que Raymond Bachand estime qu'il faut reviser la panier de services.

Somme toute un bon débat où sont apparues des fissures entre les 3 prétendants au leadership sans que personne ne laisse tomber les gants.

Prochain rendez-vous dimanche avec un débat en anglais.