LES BLOGUES
19/12/2016 06:17 EST | Actualisé 19/12/2016 06:17 EST

Pierre Moreau, le booster des libéraux

Le nouveau départ souhaité par les libéraux de Philippe Couillard en 2017 passe par le retour de Pierre Moreau dans un cabinet remanié. Les libéraux lui ont fait la fête dimanche dans son comté à juste titre, car il incarnera ce nouveau départ.

Le nouveau départ souhaité par les libéraux de Philippe Couillard en 2017 passe par le retour de Pierre Moreau dans un cabinet remanié. Les libéraux lui ont fait la fête dimanche dans son comté à juste titre, car il incarnera ce nouveau départ. Le gouvernement est en panne comme l'ont démontré les derniers sondages et les résultats des partielles; il a besoin d'un survoltage.

Dans une entrevue accordée au Journal de Québec, Pierre Moreau a fait plusieurs déclarations intéressantes pour la suite des choses.

D'abord, il s'attend à ce qu'on lui confie un «gros mandat» en janvier. Le premier ministre a accrédité cette avenue en soulignant que les «capacités immenses» du député de Châteauguay «seront mises à contribution».

Cela semble exclure d'emblée le Conseil du Trésor (cumulé par Carlos Leitao avec les Finances), un poste important, mais à faible visibilité. Pierre Moreau écarte lui-même les Finances, l'Éducation et la Santé, car les titulaires (Leitao, Gaétan Barrette, Sébastien Proulx) sont, juge-t-il, sur une lancée. Restent donc parmi les gros ministères : les Transports (Laurent Lessard), la Justice (Stéphanie Vallée), l'Environnement (David Heurtel) dont les responsables ont déçu..

Il est inhabituel qu'un député (Pierre Moreau a été nommé ministre délégué le temps de se refaire une santé) ose exprimer ses préférences sur son futur job. La formule classique veut que l'on dise : j'irai où le premier ministre le décidera. Cela démontre que le député de Châteauguay est en position de force pour choisir son ministère.

Dans cet entretien il affirme que, lui, il ne croit pas aux «sauveurs» en politique. Visait-il Rambo? Ou son chef qui a affirmé avoir sauvé le Québec?

Son recul face à la joute politique lui a fait réaliser que ses ex-collègues trébuchent facilement sur des questions évidentes. «C'est presque drôle : les journalistes mettent le tchador devant le politicien comme un grand trou dans lequel il va tomber pratiquement chaque fois. On peut répondre carrément à la question et puis dire : "Non, moi je ne serais pas à l'aise d'avoir quelqu'un en tchador".» Timorés sur ces questions, les libéraux ont dû sourciller ou se dire enfin quelqu'un qui parle vrai. La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, a en effet déjà dit qu'elle accepterait une candidate du PLQ portant le tchador; le premier ministre lui-même soutient que le gouvernement ne doit pas se mêler de la tenue vestimentaire de ses citoyens.

Le gouvernement est déterminé à changer les paramètres en 2017 : nouvelle session, message inaugural post-austérité, conseil des ministres revampé, surplus budgétaires, positionnement face au pouvoir fédéral... Pierre Moreau revient à point nommé pour «booster» un cabinet qui vieillit bien vite.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST