LES BLOGUES
06/12/2016 08:23 EST | Actualisé 06/12/2016 08:23 EST

Le nouveau sauveur du Québec

Tout ce que le chef du gouvernement a sauvé en ce 5 décembre, c'est le comté de Verdun qui lui appartenait déjà.

Le premier ministre Philippe Couillard s'est présenté comme celui qui a sauvé le Québec au lendemain d'élections partielles qui ont fait mal au Parti libéral.

On ne peut étirer indûment le résultat d'élections complémentaires, mais tout ce que le chef du gouvernement a sauvé en ce 5 décembre, c'est le comté de Verdun qui lui appartenait déjà. Faire 10,6% dans Saint-Jérôme et 13,4% dans Marie-Victorin cela devrait envoyer une onde de choc dans toute l'organisation. Le PLQ coiffé par QS et la CAQ à Longueuil...

On a plutôt l'impression que le premier ministre s'est enfermé dans une forme de déni en refusant de tirer des conclusions dérangeantes sur ses deux ans et demi au pouvoir.

Le gouvernement Couillard a affectivement réussi à redresser les finances de l'état, il est en bonne voie de réaliser sa promesse de créer 250 000 emplois, la cote de crédit à été rehaussée, le taux de chômage est au plus bas depuis 40 ans, l'économie roule de façon correcte...

Le premier ministre a raison de mentionner que le Québec se dirigeait dans un mur (n'était-ce pas l'argument de François Legault?) quand il a pris le pouvoir.

Alors ou est le problème? Qu'est-ce qui explique ce désenchantement d'une bonne partie de la population?

Les libéraux traînent des casseroles de l'époque de Jean Charest, comme est venu le rappeler le scandale de la Société immobilière du Québec (SIQ), et sont lents à réagir à une situation de crise.

Aux dernières nouvelles, 288 procès sont menacés d'avortement en raison de délais déraisonnables et des bandits vont se retrouver dans la nature parce que la Justice est embourbée. On ne peut faire porter à l'arrêt Jordan, qui date de juillet, tout le fardeau d'une situation dénoncée il y a un an.

Évoquer cela c'est évoquer la faiblesse d'un conseil des ministres qui a grand besoin de l'arrivée de Pierre Moreau et d'être remanié.

En politique, quand on veut expliquer pourquoi ça va mal, on blâme le message qui passe mal auprès de la population. C'est exactement ce qu'a fait Philippe Couillard lundi soir dans Verdun. Le plan de match est bon mais on l'a mal expliqué, a-t-il-dit en substance au cours d'une allocution peu inspirée et peu inspirante.

En pratique cela veut dire que le PM et ses ministres vont contourner au maximum le filtre de la tribune parlementaire et multiplier les «bonnes nouvelles» dans toutes les régions du Québec.

Au lendemain d'une gifle électorale, Philippe Couillard n'a pas eu l'humilité de reconnaître que son gouvernement a connu des ratés qui expliquent que le vote libéral n'est pas sorti.

Si le message ne passe pas mieux en 2017, certains vont commencer à se demander si le problème c'est le message ou le messager.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Quelques bourdes du gouvernement Couillard Voyez les images