LES BLOGUES
02/07/2015 03:25 EDT | Actualisé 02/07/2016 05:12 EDT

La voix de Julie

Julie Snyder a le sens des affaires, mais elle ne démontre pas le même flair lorsqu'elle s'aventure dans le monde politique. Elle a clairement perdu la bataille qu'elle a lancée en début de semaine sur les crédits d'impôt dont seraient privés les Productions J.

Julie Snyder a le sens des affaires, mais elle ne démontre pas le même flair lorsqu'elle s'aventure dans le monde politique. Elle a clairement perdu la bataille qu'elle a lancée en début de semaine sur les crédits d'impôt dont seraient privés les Productions J. À moins d'être aveuglés par la partisanerie, on doit constater que sa cause n'est pas solide.

La conférence de la presse organisée par la «démone» cherchait à ameuter un électorat surtout féminin scandalisé par le traitement fiscal réservé à la conjointe-femme-d'affaires-à-succès de Pierre Karl Péladeau, chef du Parti québécois. Les arguments à l'encontre de la thèse de Julie Snyder ont été étalés largement dans les médias et ont frappé dans le mille.

Ce n'est pas la première incursion de la productrice des émissions de télé les plus populaires du Québec dans l'arène politique. Son entreprise a trouvé des fonds pour produire La Première, un documentaire sur la carrière de Pauline Marois réalisé par Yves Desgagnés qui s'était lui mis au service de l'ex-première ministre lors de la campagne électorale. La Première, tiens donc, a été diffusé à TVA.

Julie Snyder a lancé l'opération des Janettes alors que le débat sur la Charte des valeurs de Bernard Drainville faisait rage. Les Janettes étaient inspirées du mouvement des Yvettes qui avaient injecté de la passion dans la campagne du Non lors du référendum de 1980. Les Janettes n'ont pas eu le même impact, au contraire.

Récemment,la productrice s'est investie personnellement dans la bataille de Chauveau en faisant du porte-à-porte au profit du candidat péquiste. Le comté caquiste a viré libéral, mais il faut préciser que la côte était abrupte pour le PQ.

Le malaise que l'on ressent dans cette affaire provient de la confusion des genres et des intérêts. Qui donnait la conférence de presse de lundi? La femme d'affaires? La militante? La conjointe de PKP? Toutes ces réponses à la fois? Par ailleurs, qu'a-t-elle annoncé vraiment?

Le pouvoir d'influence et d'attraction du couple Péladeau-Snyder bouleverse la donne habituelle de la politique québécoise. On assiste à un télescopage entre la politique, le monde des médias et celui de la culture. Une vraie convergence, quoi.

Le chef de l'opposition officielle a bien malhabilement pris partie publiquement pour sa conjointe, accréditant l'hypothèse d'une manoeuvre politique. Il lui a rendu un mauvais service et aurait dû se tenir loin de cette controverse. Jusqu'à présent, les électeurs semblent faire la part des choses et distinguent les enjeux. Les fans de la Voix et de Star Académie n'endossent pas systématiquement les propos de celle qui produit ces shows.

C'est rassurant.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST