LES BLOGUES
21/09/2018 00:06 EDT | Actualisé 21/09/2018 00:09 EDT

«Face-à-Face TVA»: Legault rebondit, Lisée se plante, Massé se démarque, Couillard discret

«La révélation de ce débat de TVA, c'est Manon Massé de Québec Solidaire.»

Les quatre chefs en compagnie de Pierre Bruneau.
Courtoisie Agence QMI Sébastien St-Jean
Les quatre chefs en compagnie de Pierre Bruneau.

Poussé dans les câbles, François Legault a donné une performance au troisième et dernier débat des chefs qui devrait freiner la glissade de la Coalition avenir Québec dans les intentions de vote.

La révélation de ce débat de TVA, c'est Manon Massé de Québec solidaire qui a trouvé le ton juste pour parler aux Québécois. Les solutions solidaires sont irréalistes, mais la coporte-parole est capable de débattre d'enjeux populaires.

On disait de Jean-François Lisée, chef du Parti québécois, qu'il a tendance à en faire trop et c'est exactement ce qui est arrivé. Il s'est planté royalement au tout début de la joute et a peiné par la suite à retrouver ses repères.

Comme aurait dit son ancien patron, Jacques Parizeau, il «s'est autodepelurebananisé».

À voir également sur le «Face-à-Face TVA»:

Quant au premier ministre sortant et chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, il a connu un débat quelconque s'exprimant sur un ton monocorde pour défendre ses quatre années de premier ministre. C'est seulement lorsqu'il attaquait son adversaire caquiste qu'il retrouvait un peu de mordant dans ses interventions.

Après une semaine catastrophique, Legault se devait de démontrer qu'il a l'étoffe d'un premier ministre. Il s'est bien tiré de la partie du débat qui portait sur l'immigration bien qu'il ait été contraint de dire que son gouvernement n'expulserait pas d'immigrants qui auraient échoué un test de français. Manon Massé est même venue à son secours plus tard en affirmant ceci: «Je vous connais, je vous crois, vous n'avez rien contre les immigrants.»

Assez piteusement, faisant preuve d'humilité, le chef de la CAQ a admis qu'il n'était «pas parfait» et qu'il lui «arrive de faire des erreurs» pour justifier ses retournements. Sa déclaration de fermeture était bien ciblée. Regardant directement les Québécois, il a affirmé parler avec son coeur et mis en valeur son équipe de candidats.

À lire aussi sur le débat des chefs de TVA:


Le message était limpide: je ne suis pas seul pour gouverner.

Lisée a tenté le tout pour le tout au début du débat en voulant déstabiliser Manon Massé. Elle lui aurait avoué qu'elle n'était pas le «patron» de QS. D'abord, il s'agit d'une conversation privée, sur un thème pointu - les tractations de fusion PQ-QS - qui n'intéressent personne, et ce lors d'un échange sur les soins dentaires!

La grenade lui a explosé au visage quand Pierre Bruneau l'a rappelé à l'ordre sèchement. On s'explique mal, par ailleurs, son acharnement répété et public dans ce type de débat contre la famille Desmarais. Le chef péquiste a reconnu aussi que son gouvernement utiliserait des fonds publics pour promouvoir la souveraineté et lancé le chiffre de 2 à 3 millions $.

Dans deux semaines, le verdict populaire.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!