LES BLOGUES
11/12/2013 09:01 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

Jusqu'où ira l'alliance PQ-CAQ?

Jusqu'où ira l'alliance PQ-CAQ?

C'est la grande question politique ces jours-ci. La Coalition Avenir Québec a volé au secours du projet de loi sur les mines en fin de session et, en corollaire, de la ministre Martine Ouellet des Ressources naturelles.

Lors de son bilan de fin de session, François Legault a multiplié les appels du pied au gouvernement pour amender sa Charte des valeurs québécoises. On comprend la Coalition de vouloir disposer de ce dossier chaud qui polarise le débat à ses dépens.

Sur la question cruciale du vote de confiance sur le budget, le chef caquiste a réitéré ses conditions (retour à l'équilibre, baisse des impôts, plan de relance). Beaucoup d'observateurs ont remarqué cependant qu'il était moins catégorique qu'il y a un mois et que son message est peut-être: «on est parlable».

À la CAQ on fait remarquer qur la deuxième opposition n'a aucun intérêt à se prononcer rapidement sur le budget. Mario Dumont, alors chef de l'ADQ, avait provoqué une vague de mécontentement en 2008 en disant que le rôle de l'Opposition c'était de s'opposer. Il annonçait alors qu'il allait voter contre le budget..avant d'en avoir lu une seule ligne.

Mais le doute subsiste quand on regarde les sondages qui placent la CAQ autour de 19% dans les intentions de vote, en légère remontée. Or dans la région de Québec, tous les sièges de la CAQ sont menacés.

La première ministre Pauline Marois a indiqué cette semaine que le budget sera déposé tardivement et évoqué la semaine de Pâques...fin avril. Si oui, c'est plus tard que d'habitude, d'autant qu'il se sera écoulé près de 18 mois avec le premier budget Marceau.

Dans les coulisses de l'Assemblée nationale, certains pensent encore qu'il n'y aura pas de budget, que le gouvernement va proroger la session, prononcer un Message inaugural et faire campagne sur la Charte ou sur la nécessité d'avoir un mandat incontestable.

Personnellement, je crois qu'il serait irresponsable de se lancer en élections sans avoir un portait frais des finances publiques et de la marge de manoeuvre du gouvernement.

Les libéraux ont commencé cette semaine à diriger leurs tirs vers la CAQ, craignant que l'axe PQ-CAQ ne repousse le rendez-vous électoral du printemps. Les insultes fusaient sur le parquet lors de la session spéciale de lundi et la tension était très forte entre les 2 oppositions.

Les caquistes sont maintenant décrits comme des «crypto-péquistes» qui n'attendent qu'une occasion de s'allier avec le pouvoir.

Un élu de la CAQ me disait cette semaine que son parti ne peut voter avec le gouvernement sur le budget après avoir dénoncé, quotidiennement en Chambre, sa gestion de la chose publique.

«Je ne passerai pas l'été à me faire dire que j'ai sauvé le PQ», disait-il avec conviction.

Un beau débat en perspective.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.