LES BLOGUES
17/07/2018 10:22 EDT | Actualisé 17/07/2018 11:01 EDT

Tous les enfants handicapés ne sont pas aussi chanceux

Placer un enfant handicapé dans une famille d’accueil ne devrait pas être dû à des problèmes financiers.

Minerva Studio via Getty Images

J'ai la paralysie cérébrale, je suis né à 29 semaines de gestation. J'ai maintenant 43 ans et suis le père de deux merveilleux enfants de 3 ans et 7 ans. Je fais un travail que j'adore parce qu'il me permet de travailler dans le monde du sport et de voyager de 3 à 5 fois par année. J'ai aussi eu l'occasion de représenter le Canada lors de deux Jeux paralympiques.

Cette chance ne tient qu'à peu de choses

En fait, elle ne tient qu'à une seule chose: ma mère. Évidemment, elle m'a donné la vie, mais elle m'a donné plus que ça.

Mère monoparentale, elle s'est battue toute sa vie pour que je puisse avoir tout ce dont j'avais besoin, à commencer par les soins médicaux à un jeune âge pour améliorer ma condition.

Elle s'est battue avec les commissions scolaires pour que je puisse aller dans une école régulière. Elle a sacrifié une partie d'elle-même pour mettre les meilleurs outils à ma disposition, afin que je réussisse ma vie. Je crois que je peux dire «mission accomplie» et je lui en serai toujours reconnaissant.

Au cours des derniers jours, j'ai vu la campagne des organismes L'Étoile de Pacho et Parents jusqu'au bout, «Équité pour tous les enfants handicapés». Selon l'analyse économique réalisée par Raymond Chabot Grant Thornton il y a une grande injustice dont sont victimes les parents d'enfants handicapés, si on compare le soutien que l'État leur accorde et celui accordé aux familles d'accueil. Effectivement, ces dernières reçoivent en moyenne 70% de plus que les familles naturelles qui prennent soin de leur enfant handicapé à la maison.

Ma mère recevait probablement comme les parents d'aujourd'hui un supplément de 192$ par mois parce qu'elle avait un enfant handicapé. Recevoir plus nous aurait rendu la vie plus facile. Le nombre de fois où elle a dû s'absenter du travail est astronomique. Certains parents doivent payer encore plus. Un fauteuil roulant adapté peut coûter plus de 5000$, une année de couches coûte 10 000$, la facture de médicaments peut également coûter très très cher. Et on ne parle pas ici des nombreux équipements spécialisés dont ces enfants ont besoin pour vivre!

Il faut absolument que le gouvernement offre l'équité aux enfants handicapés.

Je comprends que plusieurs parents ont de la difficulté, ce n'est pas toujours facile. Ce ne l'était sûrement pas pour ma mère. Placer un enfant handicapé dans une famille d'accueil ne devrait pas être dû à des problèmes financiers, surtout que le gouvernement semble prêt à payer sept fois plus pour que ces enfants soient envoyés en famille d'accueil. C'est complètement injuste et c'est pour cette raison qu'il faut appuyer les efforts des organismes L'étoile de Pacho et Parents jusqu'au bout. Il faut absolument que le gouvernement offre l'équité aux enfants handicapés. Ils ont le droit de vivre l'amour et le support de leurs parents, comme je l'ai vécu avec ma mère. Dites-le au gouvernement en donnant votre appui.

À LIRE AUSSI:

» Ces mères adolescentes à qui on enlève l'enfant
» Personnes vulnérables: faire de leur qualité de vie une priorité nationale
» Enfants handicapés: vous avez dit équité? Quelle équité?

À VOIR AUSSI: