LES BLOGUES
10/04/2018 12:25 EDT | Actualisé 13/04/2018 11:02 EDT

Ève Torres: de lobbyiste pour l'islam politique à Québec Solidaire

Pourquoi devrions-nous nous inquiéter d’une telle candidature?

La Presse canadienne
Ève Torrès se présente pour Québec Solidaire.

Quelques devinettes... d'une simplicité désarmante. À moins que votre cerveau soit embrouillé.

Commençons. À votre avis, quel serait l'objectif d'un lobbyiste travaillant pour une compagnie pétrolière s'il se lançait, un jour, en politique ? Quels intérêts défendra un lobbyiste au service d'une compagnie pharmaceutique s'il décide de se porter candidat à des élections législatives? Quels dossiers pousseront un ex-lobbyiste des géants de l'automobile ou des tout-puissants de l'armement une fois élu?

Autre question. Hyper fastoche. Quelle sera la préoccupation majeure d'un médecin spécialiste devenu ministre de la Santé? Essayez de garder votre calme, je vous en prie. Je sais, ce n'est pas facile dans ce cas-ci. Surtout, lorsqu'on sait à quel point la misère gagne notre société et que l'on réalise le déclin de la classe moyenne, année après année.

Jusque-là, les réponses semblent assez évidentes. Prévisibles même. Quel ennui!

Lorsqu'on s'est mis au service d'intérêts privés d'une façon aussi étroite durant de nombreuses années, c'est difficile de renaître sous une peau neuve avec une sensibilité accrue pour l'intérêt général, aptitude qu'exige la chose publique. Lorsqu'on a ardemment travaillé à émietter l'État et à le vendre à la pièce aux intérêts privés, on ne peut soudainement rêver de sa grandeur et œuvrer afin qu'il retrouve un peu de sa puissance. Parce qu'il y a une loi presque universelle, on ne crache pas dans la main qui nous nourrit. Certes, il peut y avoir des transitions heureuses. Des individus qui amorcent des ruptures et envisagent leur avenir différemment de leur passé. Ça arrive. Toujours formidable de voir apparaître dans le sillage de notre vie publique ces quelques météorites. Le problème, c'est l'existence d'un autre cas de figure, des lobbyistes catapultés par leurs anciens employeurs à des postes électifs de façon à pouvoir interférer dans les politiques publiques. Là, il y a vraiment un danger.

Certes, le futur politicien s'empressera de rassurer ses électeurs en évoquant le fait qu'il vient de démissionner. Encore heureux! Des observateurs avertis de la scène politique rappelleront alors le pedigree du candidat ou de la candidate en question suggérant ainsi que ses amours passés détermineront probablement ses choix à venir. Il est rare, voire exceptionnel, en effet, qu'un lobbyiste du pétrole devienne un défenseur de l'environnement.

📣 NOUVEAUTÉ

Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!

Venons-en à Ève Torrès, une Française convertie, une lobbyiste au service de l'islam politique qui a affiché sa volonté de se présenter aux élections provinciales dans une circonscription montréalaise sous la bannière de Québec solidaire, un parti islamo-gauchiste, faussement indépendantiste.

Pourquoi devrions-nous nous inquiéter d'une telle candidature?

Parce que jusqu'à tout récemment, Ève Torrès était à l'emploi d'un lobby qui s'est donné pour mission de torpiller trois fondamentaux de notre démocratie : le principe de séparation de l'État et des Églises, la liberté d'expression et l'égalité entre les femmes et les hommes. Que pensez-vous qu'elle faisait au parlement, à Ottawa, dans cette délégation d'islamistes fréristes plaidant en faveur d'un durcissement des lois vis-à-vis de la liberté d'expression ? Comme le rappelle la militante laïque, Louise Mailloux, ses faits d'armes en qualité de lobbyiste sont nombreux. Elle a œuvré comme « coordonnatrice aux affaires publiques pour le Conseil national musulman canadien (CNMC), ceux-là mêmes qui contestent la loi 62 devant les tribunaux en tentant de faire invalider l'article 10 de la loi qui prévoit que les employés du secteur public doivent exercer leurs fonctions et que les citoyens doivent recevoir des services publics à visage découvert (interdiction du niqab). Le CNMC a également demandé au gouvernement Trudeau d'instaurer une Journée nationale du souvenir et d'action contre l'islamophobie. C'est aussi le CNMC qui a recommandé de créer une direction au sein même du ministère du Patrimoine canadien qui serait chargé de la réalisation d'un éventuel Plan d'action canadien contre le racisme et la discrimination religieuse. »

C'est en cela que le voile d'Ève Torrès n'est pas anecdotique. Il est particulièrement révélateur d'une stratégie d'entrisme qui vise à fragiliser l'État québécois de l'intérieur en affaiblissant ses institutions.

Quels enseignements pouvons-nous tirer ?

QS est devenue la porte d'entrée des apologistes de la soi-disant « diversité » à tout crin qui épinglent l'étiquette d'islamophobe à quiconque défend la laïcité ou l'égalité. D'ailleurs si vous posez la question de nouveau à ces égarés de la raison sur les intentions d'un lobbyiste au service de l'islam politique à siéger à l'Assemblée nationale, ils vous répondront que c'est pour défendre la diversité.

Décidément, la diversité a bon dos. Pffff!

L'observation de l'Europe nous indique ce qui attend le Québec et le Canada dans les prochaines années sur le terrain du combat face à l'islam politique, des pressions communautaristes et de la montée des mouvements d'extrême-droite.

Ceux qui font la promotion du voile islamique dans nos institutions publiques et s'entichent de l'idéologie du frère Tariq Ramadan sont les premiers responsables de la montée du racisme et de la xénophobie. L'observation de l'Europe nous indique ce qui attend le Québec et le Canada dans les prochaines années sur le terrain du combat face à l'islam politique, des pressions communautaristes et de la montée des mouvements d'extrême-droite.

Le pire est à venir. Et si on agissait? Les élections arrivent à grands pas. Je serai très attentive à la position des partis politiques vis-à-vis de la laïcité. A mes yeux, il y en deux qui sont déjà disqualifiés. Il en reste deux autres. Octobre est presque à nos portes. D'ici-là, je serai à l'affût. Et vous, quelle sera votre attitude lors des prochaines élections?

Voir aussi: