LES BLOGUES
28/02/2018 09:00 EST | Actualisé 28/02/2018 09:00 EST

Je dois prendre soin de mon coeur

Mon cœur n'est plus susceptible d'être facilement manipulé, car il a appris à la dure ce que c'est et il en a souffert.

zimmytws via Getty Images

Depuis un certain temps, mon cœur rebelle de saumon a l'air de bien aller. Il s'est ajusté en trouvant sa zone de tolérance.

Malgré tout ce qu'il a dû endurer lors des deux dernières années, il trouve toujours le moyen de maintenir son rythme et de s'autorégénérer. Incroyable, comment cet organe simple est si sophistiqué, si complexe et si primordial à notre survie.

Il y a eu des moments où je pensais que la douleur allait le faire faillir. Une douleur émotionnelle accablante et perturbante. Elle est physique, car on la ressent autant que n'importe quelle autre douleur et même plus.

Une sensation que le cœur est sur le point de déchirer notre poitrine et partir loin...

C'est violent!

Heureusement, cette douleur est éphémère. Elle diminue au fil des jours et finit par se dissiper.

Lors de mes pires déceptions amoureuses, je pensais que mon cœur allait me lâcher.

Il ne l'a pas fait. Son mécanisme de survie était aussi fort que la vie. D'après Nietzsche, « ce qui ne tue pas, rend plus fort ».

Les expériences douloureuses sont utiles, voire nécessaires à notre développement personnel.

Les expériences douloureuses sont utiles, voire nécessaires à notre développement personnel. Elles font accroître notre force morale afin de pouvoir faire face à la vie avec plus de confiance et de contrôle.

Naturellement, je ne peux qu'approuver! La preuve? Je suis encore là, et plus solide émotionnellement qu'avant. La nouvelle MOI est plus forte, surtout plus résiliente!

Je me remets désormais plus rapidement des déceptions! La douleur demeure, mais moins longtemps. Tu pleures un coup. Tu t'essuies les larmes. Tu te remets debout. Et puis tu t'en fous. Ta carapace finit par prendre de l'épaisseur pour te protéger.

À un moment donné, je m'en rappelle bien encore, je me maquillais les yeux avant de sortir travailler. J'ai vu le reflet d'une étrangère dans le miroir.

Mon cœur a pris plein la gueule en réalisant que c'était moi. Elle avait un regard fade, vide de vie. Cette étrangère n'était autre que ce qui restait de moi. Ce choc était positif, car beaucoup de décisions et d'actions en ont découlé depuis dans le but de me retrouver.

Aujourd'hui, grâce à mon cheminement, je suis en paix avec moi-même. Je n'ai pas retrouvé mon ancienne moi, ce qui est parfaitement normal.

Je ne suis plus cette fille. Je suis qui je suis devenue aujourd'hui. J'aime mieux cette nouvelle version de moi qui est plus forte, plus zen, plus cérébrale, plus déterminée et plus joyeuse. Avant, je disais oui quand je voulais dire non.

J'aime mieux cette nouvelle version de moi qui est plus forte, plus zen, plus cérébrale, plus déterminée et plus joyeuse.

Je passais l'intérêt et le bien-être de tout le monde avant les miens. Même des fois aux dépens des miens.

Personne ne viendrait te dire que tu devrais penser en premier à toi. On finit par prendre ce que tu fais aux autres par acquis. On développe des attentes envers toi. Tu te mets de la pression pour être à la hauteur de ces attentes.

Tu t'oublies. On t'oublie. Tu deviens ce que tu offres inlassablement.

Heureusement, j'ai brisé les chaines qui ont aliéné pendant de longues années la femme que j'étais. C'est hors de question d'accepter à nouveau ce que j'avais accepté dans le passé. Mon saumon sauvage ne se transformera jamais en un saumon d'élevage.

Mon cœur n'est plus susceptible d'être facilement manipulé, car il a appris à la dure ce que c'est et il en a souffert.

Désormais, j'en prends bien soin sans nécessairement l'empêcher de s'ouvrir à l'amour, au vrai. Celui dans lequel je m'épanouis, j'éclos comme une rose méditerranéenne au printemps. Un amour sain, tout simplement.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost