LES BLOGUES
25/04/2018 09:00 EDT | Actualisé 25/04/2018 09:00 EDT

Il faut s’aimer soi-même pour pouvoir aimer les autres

J'ai passé de longues années dans l'oubli de moi-même.

Getty Images/iStockphoto

Penser à soi n'est pas égoïste. Dire STOP de temps en temps, mettre tout en pause pour se reposer et pour recharger ses batteries est un devoir envers nous-mêmes.

Le rythme trop accéléré de la vie nous enlève des moments précieux de notre court passage sur terre. C'est à nous de les lui voler pour les vivre pleinement et comme bon nous semble à l'abri de ce courant fou qui emporte tout à son passage qu'est le temps. Je ne veux pas me rendre compte trop tard que je n'ai pas «vécu». Et ce n'est pas vrai que j'accepterai une vie «ordinaire» ou «médiocre» tant qu'à y être.

J'ai passé de longues années dans l'oubli de moi-même. Je me suis donnée à fond pour voir évoluer ceux autour de moi. Comme mentionné à maintes reprises, je ne regrette pas d'avoir fait ce que j'ai fait pour les autres, car c'était fait avec amour et en pleine conscience. Par contre, mon développement personnel n'a pas suivi les années qui s'égrenaient à la vitesse de la lumière. J'ai fait du sur place par rapport à moi-même. Là, j'ai beaucoup à récupérer, beaucoup à réaliser, mais la journée est faite d'un nombre limité d'heures. Physiquement parlant aussi, il ne faut pas se le cacher, c'est le déclin 40 ans dépassés. En plus de mes tâches régulières et de mon devoir de maman d'un trio, j'aimerais pouvoir écrire plus, m'entrainer régulièrement, lire davantage, voir mes amis, m'évader, visiter des musées et des expos, suivre des cours de peinture, méditer, faire du snowboard, voyager... J'ai beaucoup de rêves et d'ambitions. Trop même. Ça me fatigue, car je suis limitée. Je suis prisonnière du temps. Il me faut plusieurs vies pour réaliser tout ce que je veux atteindre. Ma tête est remplie de rêves. Mon coeur déborde de passion pour la vie et mon âme est assoiffée de nouvelles expériences. Je veux les partager avec celui qui me ressemble, qui vibre aux mêmes choses que moi et qui pulse au même rythme que moi.

Je laisse aller ce qui ne me ressemble plus et j'accueille ce qui contribue à mon épanouissement et à mon cheminement dans la vie.

Oui, désormais, je pense plus à moi et à ma paix intérieure. Je l'assume. Je m'assume. Je ne mâche pas mes mots. Je me respecte et je sais formuler clairement un vrai OUI et manifester un vrai NON. Je laisse aller ce qui ne me ressemble plus et j'accueille ce qui contribue à mon épanouissement et à mon cheminement dans la vie.

Je veux être capable toujours de prendre du recul face à une situation qui sème la zizanie et le doute dans mon coeur. Je ne veux plus embarquer dans un flot de pensées décousues qui n'a pour but que de perturber ma sainte paix.

Je veux me connaitre et m'aimer mieux. Me valoriser plus. Aller au bout de mes appréhensions et peurs afin de les surmonter. Je veux simplement briller de mes propres lumières. Et avoir le choix de décider de ma destinée...

Il y a eu un temps où je n'étais pas bien dans ma peau. Ça se reflétait au niveau relationnel et ça impactait mon couple. Dans mon cheminement, j'ai apprivoisé mon corps et appris à aimer mes courbes. Aujourd'hui, je suis bien dans ma peau. J'ai développé ma propre capacité de bienveillance, de tolérance et de non-jugement vis-à-vis moi-même. Je suis moins sévère avec moi-même. Je mets l'accent sur mes atouts au lieu de mes défauts.

Cette énergie attire quand elle est positive et repousse lorsque négative. Quand on s'aime aussi, on aime mieux les autres.

Il n'y a pas longtemps, quelqu'un m'a dit que ce que je suis a chamboulé sa liste de critères qu'il a établie pour son choix de femmes. Me l'avoir dit il y a un an, je ne l'aurais pas cru à cause de la faible estime de soi dont je souffrais. Mais j'ai cheminé depuis, heureusement. Eh oui, j'aime maintenant mes parfaites imperfections. Quand on s'aime soi-même, on dégage une certaine (belle) énergie que les autres ressentent. J'y crois, car je l'ai expérimentée. Cette énergie attire quand elle est positive et repousse lorsque négative. Quand on s'aime aussi, on aime mieux les autres.

On a le choix d'en décider et de se positionner face aux autres. En fin de compte, nous attirons ce que nous dégageons, il ne faut jamais l'oublier!

«C'est toi qui sais ce qui est bon pour toi, ne te laisse pas dévier de ton chemin, avance vers tes propres objectifs.» Jacques Salomé

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images