LES BLOGUES
07/12/2018 16:51 EST | Actualisé 07/12/2018 17:22 EST

NAV CANADA fait fi de la sécurité et de l’économie des régions

Nous craignons qu’une fermeture des services de nuit à Rouyn-Noranda ne soit que la première action d’un plan national visant d’autres aéroports régionaux au pays.

Alors que NAV CANADA complète sa consultation sur la réforme des services à la navigation aérienne de nuit de l'Aéroport régional de Rouyn-Noranda, tout porte à croire que l'organisme ira de l'avant avec une recommandation qui nous apparaît complètement injustifiée, soit celle d'abolir les services consultatifs actuellement en place pour les remplacer par un système informatisé de surveillance météo.
Courtoisie
Alors que NAV CANADA complète sa consultation sur la réforme des services à la navigation aérienne de nuit de l'Aéroport régional de Rouyn-Noranda, tout porte à croire que l'organisme ira de l'avant avec une recommandation qui nous apparaît complètement injustifiée, soit celle d'abolir les services consultatifs actuellement en place pour les remplacer par un système informatisé de surveillance météo.

Lettre ouverte à Monsieur Marc Garneau, ministre des Transports,

Nous sommes inquiets. Alors que NAV CANADA complète sa consultation sur la réforme des services à la navigation aérienne de nuit de l'Aéroport régional de Rouyn-Noranda, tout porte à croire que l'organisme ira de l'avant avec une recommandation qui nous apparaît complètement injustifiée, soit celle d'abolir les services consultatifs actuellement en place pour les remplacer par un système informatisé de surveillance météo.

En plus de mettre en péril la sécurité des voyageurs, une telle décision nuirait au développement économique et touristique de l'Abitibi-Témiscamingue. Nous craignons également qu'une fermeture des services de nuit à Rouyn-Noranda ne soit que la première action d'un plan national visant d'autres aéroports régionaux au pays.

La sécurité des passagers: LA priorité

Les transporteurs sont unanimes: les services doivent être maintenus afin d'assurer la sécurité de leurs passagers.

Le système informatisé proposé, qui ne remplacera jamais tous les services dispensés par la présence humaine du service actuel, est inadéquat compte tenu du contexte climatique particulier de la région et des opérations aériennes de nuit.

Des pilotes expérimentés ont d'ailleurs dénoncé le manque de fiabilité de cet outil. NAV CANADA a choisi d'ignorer l'expérience vécue de ces pilotes.

La sécurité des passagers est la priorité de tous les transporteurs. Visiblement, cela ne semble pas être le cas pour NAV CANADA. De plus, cette décision va à l'encontre de votre orientation annoncée sur la sécurité aérienne. Aucun risque ne doit être toléré.

Un frein à l'élan économique de toute une région

Une diminution de services ne serait pas sans conséquence pour l'ensemble de l'Abitibi-Témiscamingue.

La décision d'éliminer les services de nuit entraînerait une diminution des vols, ce qui freinerait non seulement le développement de l'Aéroport régional de Rouyn-Noranda, mais également celui de la région. Le Nord québécois serait lui aussi affecté puisque l'Aéroport régional de Rouyn-Noranda est une plaque tournante majeure pour les évacuations médicales. Rappelons que cet aéroport est l'un des plus importants en ce qui a trait au nombre de passagers après Montréal et Québec.

Soyons clairs, cette diminution de services n'entraînerait aucunement une réduction des coûts pour les transporteurs. D'une part, les transporteurs se disent prêts à continuer de payer les frais associés aux services de nuit, afin d'y avoir accès plutôt que d'utiliser le système informatisé de surveillance météo. D'autre part, NAV CANADA enregistre d'importants profits, dont 60 M$ ont été retournés aux utilisateurs en 2017, et continue d'en réaliser.

Comment justifier une telle réduction de services?

Un processus de consultation bâclé

L'attitude des représentants de NAV CANADA dans le processus de consultation est préoccupante pour l'ensemble des parties prenantes.

Premièrement, l'organisation n'a pas respecté ses propres obligations inhérentes au processus de consultation. NAV CANADA se doit d'effectuer une analyse des coûts-avantages lorsqu'une modification de service entraîne des conséquences économiques directes. Cette analyse n'a pas été réalisée.

NAV CANADA n'a pas utilisé les données actualisées, qui lui ont pourtant été transmises par les transporteurs aériens, sur l'utilisation des services pour son évaluation.

Deuxièmement, NAV CANADA n'a pas utilisé les données actualisées, qui lui ont pourtant été transmises par les transporteurs aériens, sur l'utilisation des services pour son évaluation. Son analyse du nombre de vols de nuit s'est donc arrêtée à l'année 2016 et ne tient aucunement compte de la qualité des vols, du nombre de passagers ainsi que de la croissance actuelle et projetée.

Fait particulier, le comité de NAV CANADA recommandait en 2016, lors de l'étude aéronautique, de maintenir ces services à l'Aéroport régional de Rouyn-Noranda. Ce changement de cap majeur de la part de l'organisation demeure inexpliqué.

Et maintenant?

Afin de poursuivre l'orientation fixée par votre gouvernement en matière de transport aérien sécuritaire pour tous les usagers et afin de reconnaître le rôle important que jouent les aéroports dans le développement et l'économie régionale, nous vous demandons, Monsieur le ministre, d'intervenir sans délai dans ce dossier pour ainsi maintenir les services consultatifs de vol de nuit à Rouyn-Noranda.

Nous espérons fortement que l'objectif n'est pas de faire de Rouyn-Noranda un exemple. Si c'était le cas, il est fort probable que d'autres aéroports se retrouveront dans la ligne de mire de NAV CANADA, et ce, au détriment de la sécurité des voyageurs et du développement économique de nos régions.

Monsieur Garneau, l'inaction n'est pas une option.

Autres signataires: 17 acteurs socio-économiques, transporteurs aériens et aéroports.

À LIRE AUSSI:

» Catherine Dorion: jouer à l'autruche, un t-shirt à la fois
» Ce qu'on ne vous a pas dit sur le nouvel ALÉNA
» La nostalgie, ce n'est pas de la tristesse

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.