LES BLOGUES
10/10/2018 13:29 EDT | Actualisé 10/10/2018 15:04 EDT

La gauche réactionnaire et la laïcité

Je préfère utiliser le terme réactionnaire au lieu d'identitaire pour souligner le caractère anti-intellectuel de ce type de mouvements.

Les fonctionnaires ne sont pas obligés d'adopter les principes de la laïcité en tout temps, mais ils devraient agir en tant qu'individus laïques lors de leur exercice du pouvoir.
Graham Hughes/Canadian Press
Les fonctionnaires ne sont pas obligés d'adopter les principes de la laïcité en tout temps, mais ils devraient agir en tant qu'individus laïques lors de leur exercice du pouvoir.

Dimanche après-midi, six jours après le résultat des élections, des centaines de Montréalais se sont réunis pour protester contre le gouvernement élu de la CAQ. La plupart des manifestants étaient des personnes issues de l'immigration, selon lesquelles «la prise du pouvoir par un gouvernement caquiste représente un danger pour la société québécoise».

Bien que presque tous mes amis ont choisi de participer, j'ai décidé de rester à la maison sans aucune hésitation. Ce n'était pas parce que j'étais d'accord avec ce que la CAQ a proposé durant la campagne électorale, c'est parce que je refuse de faire partie de la gauche réactionnaire (ou bien identitaire) qui s'exprime au nom des immigrants.

Je préfère utiliser le terme réactionnaire au lieu d'identitaire pour souligner le caractère anti-intellectuel de ce type de mouvements.

Ce caractère empêche ses militants de s'informer, de réfléchir, d'évaluer les qualités ou défauts d'un mouvement ou un système de pensée, afin de s'engager à un débat intellectuel avant de réagir. L'organisation de cette manifestation si rapide après les élections a révélé que la gauche québécoise est devenue «réactionnaire».

Depuis longtemps, les critiques soulignaient le fait que la gauche identitaire occidentale partage certains éléments avec l'extrême droite occidentale, dont l'un est la censure. Cependant, la gauche réactionnaire se solidarise aussi avec quelques discours d'extrême droite orientale tels que son opposition virulente à la laïcité.

Le discours anti-laïc était l'une des armes que les gouvernements islamistes ont utilisées contre les groupes d'opposition dans les pays musulmans. Selon la vision de la laïcité des islamistes, c'est l'État qui devrait être laïc et non les élus ni ses fonctionnaires. En 2011, le premier ministre turc (maintenant président) a déclaré lors d'une visite en Tunisie: «Notre vision de la laïcité est différente de celle des pays occidentaux. Les gens ne sont pas obligés d'être laïcs. C'est l'État qui doit être laïc et un musulman peut diriger un État laïc avec succès».

La Turquie est un pays laïc sur papier à cause de l'application de ce principe, qui a créé un nouveau système dans lequel les fonctionnaires guidés par des principes islamiques sont favorisés.

Depuis ce moment-là, la Turquie est un pays laïc seulement sur papier à cause de l'application de ce principe, qui a créé un nouveau système dans lequel les fonctionnaires guidés par des principes islamiques sont favorisés. Cela dit, l'État n'est pas un système concret qui fonctionne sans interventions humaines. Bien au contraire, c'est un système qui fonctionne par un personnel qui représentent le pouvoir de l'État.

Autrement dit, les fonctionnaires ne sont pas obligés d'adopter les principes de la laïcité en tout temps, mais ils devraient agir en tant qu'individus laïcs lors de leur exercice du pouvoir.

Donc, la condition préalable pour l'État laïc est que les fonctionnaires soient complètement vidés de leurs identités religieuses lorsqu'ils représentent l'État et son pouvoir de coercition. Autrement dit, les fonctionnaires ne sont pas obligés d'adopter les principes de la laïcité en tout temps, mais ils devraient agir en tant qu'individus laïcs lors de leur exercice du pouvoir. Donc, sans personnes laïques, il ne peut y avoir d'État laïc. Il ne faut pas se leurrer avec cela.

On retourne au Québec en 2018. L'un des manifestants qui ont participé à la manifestation de dimanche a dit à Radio-Canada: «Je pense que c'est l'État et non les gens qui doit être laïc.»

Même affirmation que celle du président islamiste turc il y a sept ans. Est-ce une coïncidence qui devrait nous choquer? Je n'en suis pas certaine. C'est en fait une vision que la gauche occidentale réactionnaire a empruntée aux islamistes du Moyen-Orient, dans le but de combattre la soi-disant montée de l'extrême droite.

Quelle ironie qu'un discours employé par un gouvernement de droite pour faire une chasse aux sorcières contre la population laïque en Turquie est aujourd'hui utilisé par la gauche au Québec. Parfois une réalité que l'on tente de fuir peut nous rattraper là où on l'attend le moins.

À LIRE AUSSI:

» Victoire de la CAQ: au Québec comme ailleurs
» L'interdiction de signes religieux et la triste bouffonnerie
» Le nouveau visage de l'Assemblée nationale