LES BLOGUES
06/12/2018 14:46 EST | Actualisé 06/12/2018 14:51 EST

La laïcité a le dos large au Québec!

Il est temps que les personnes qui font preuve d'intolérance envers les religions s'assument et cessent de se cacher derrière ce qu'ils appellent «laïcité», et qui n'a absolument rien à voir avec celle-ci.

Les goûts et préférences personnelles ne se traduisent pas dans des droits, par exemple celui de ne pas voir ni hidjab, ni turbans, ni kippas, ni croix et autres signes religieux dans son environnement.
Westend61 via Getty Images
Les goûts et préférences personnelles ne se traduisent pas dans des droits, par exemple celui de ne pas voir ni hidjab, ni turbans, ni kippas, ni croix et autres signes religieux dans son environnement.

Depuis le discours inaugural du premier ministre François Legault à l'Assemblée nationale le 28 novembre dernier, on entend le bruit des bottes de ceux qui vocifèrent en faveur de ce qu'ils appellent la laïcité.

Tout récemment par exemple, une intervenante écrivait qu'à titre d'athée, elle a des droits, dont celui de ne pas voir de signes religieux (musulmans on s'entend) dans son environnement. À ses yeux, la laïcité est LA solution à ce problème. Au même moment, un organisme envoyait l'un de ses nombreux tweets quotidiens, au sujet de la laïcité, affirmant que «la liberté de religion n'a rien à voir avec l'exhibitionnisme religieux dans son milieu de travail».

Évidemment, bien des choses pourraient être écrites en réponse à de telles affirmations. Par exemple, que les goûts et préférences personnelles ne se traduisent pas dans des droits, par exemple celui de ne pas voir ni hidjab, ni turbans, ni kippas, ni croix et autres signes religieux dans son environnement. Ou encore que tout signe religieux, quel qu'il soit (surtout musulman on s'entend), fait de celui ou celle qui le porte un «exhibitionniste religieux».

La laïcité n'est pas, mais pas du tout ce que certains croient voir en elle ces jours-ci.

Non, mon propos vise plutôt la méprise que certains entretiennent au sujet de ce que l'on désigne par le terme laïcité. Celle-ci a en effet le dos large par les temps qui courent au Québec, comme les exemples ci-dessus l'illustrent.

Car la laïcité n'est pas, mais pas du tout ce que certains croient voir en elle ces jours-ci. Qu'elle soit ouverte comme le proposait le rapport Bouchard-Taylor ou plus restrictive comme elle l'est en France pour des raisons historiques, la laïcité inclut le principe selon lequel l'État est neutre à l'égard des religions. Ni pour, ni contre, mais neutre.

L'État neutre en vertu de sa laïcité n'encourage, ni ne s'objecte au fait religieux, qui y a droit de cité. On y est libre de croire en Dieu ou pas et d'agir en conséquence.

On comprendra que pour quiconque est au courant de ce qui précède, la notion de laïcité de l'intervenante et de l'organisme ci-dessus est non seulement stupéfiante, mais aussi troublante. Concevoir la laïcité étatique comme un régime prohibant de l'espace public tout ce qui se rapporte à la religion contredit le principe selon lequel l'État est neutre à l'égard de cette dernière.

De même, faire de la laïcité le rouleau compresseur qui va traquer et annihiler la liberté religieuse trahit le concept même de laïcité étatique. Bien au contraire, l'État neutre en vertu de sa laïcité n'encourage, ni ne s'objecte au fait religieux, qui y a droit de cité. On y est libre de croire en Dieu ou pas et d'agir en conséquence.

Ça paraît moins mal de dire qu'on défend la laïcité que d'admettre qu'on milite pour l'intolérance envers une religion en particulier ou à l'endroit de toute forme de religion.

En clair et curieusement, certains parlent de laïcité ou écrivent à son sujet comme si celle-ci était synonyme d'intolérance religieuse, terme que bien sûr que chez eux on évite soigneusement. Ça paraît moins mal de dire qu'on défend la laïcité que d'admettre qu'on milite pour l'intolérance envers une religion en particulier ou à l'endroit de toute forme de religion. De même, on a moins l'air intolérant lorsqu'on fait précéder, par l'excuse d'une laïcité mal comprise, des diatribes contre les religions et les personnes qui les pratiquent, l'islam en particulier.

Il est plus que temps que cesse cette confusion et que l'on arrête de dire n'importe quoi au sujet de la laïcité. Il est aussi plus que temps que les personnes qui font preuve d'intolérance envers les religions s'assument et cessent de se cacher derrière ce qu'ils appellent «laïcité», et qui n'a absolument rien à voir avec celle-ci.

À LIRE AUSSI:

» Le populisme des «bobos»
» L'environnement: le nouveau contrat social?
» Quelle est la place du Canada dans le marché mondial du cannabis?

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.