LES BLOGUES
17/03/2016 02:49 EDT | Actualisé 18/03/2017 05:12 EDT

Lettre d'un physio à Janette Bertrand

Madame Bertrand, vous ai-je vraiment entendue dire que «les jeunes» ne pouvaient plus parler de la vieillesse? Qui n'est pas un «vrai vieux» doit se taire?

Madame Bertrand,

Je n'ai pas l'habitude de publier sur mon blogue mes opinions personnelles quant aux propos tenus dans l'espace public. Or, vous étiez sur le plateau de Tout le monde en parle, ce dimanche, pour faire la promotion de votre livre publié aux éditions Libre Expression et vos paroles m'ont interpellé, d'autant plus qu'elles ont été suivies par des échanges sur les réseaux sociaux.

Le thème de votre livre: la vieillesse par une vraie vieille.

«Pourquoi ce titre? Y a-t-il de fausses vieilles?», vous a demandé Guy A. Lepage.

Vous avez répondu que «les livres sur la vieillesse sont écrits habituellement par des gens jeunes et qui ont étudié la vieillesse. Les jeunes n'ont jamais été vieux. Comment peuvent-ils parler de la vieillesse?», nous avez-vous dit.

Madame Bertrand, vous ai-je vraiment entendue dire que «les jeunes» ne pouvaient plus parler de la vieillesse? Qui n'est pas un «vrai vieux» doit se taire?

Je me sens interpellé par votre façon de voir les choses parce que je parle régulièrement de la vieillesse et des processus du vieillissement sur les réseaux sociaux, sur mon blogue, dans mes chroniques à la télé et à la radio et aussi, j'ai récemment publié un livre à ce sujet.

Vous avez toujours défendu le dialogue entre les générations. C'est d'autant plus étonnant que vos récents propos refusent ce dialogue.

C'est la diversité d'opinions et d'expériences qui contribue à faire avancer les choses, et ça, je l'ai appris de vous du temps où vous interveniez vous-même au petit écran. Et la jeunesse, s'il en est une, n'est pas un défaut.

Je crois que nous avons besoin d'une multiplicité de voix pour défendre la qualité de vie des personnes, tous âges confondus, et particulièrement dans un contexte de vieillissement. Certes, écoutons les voix de l'expérience, comme la vôtre, mais s'il vous plaît, ne demandez pas aux jeunes et moins jeunes scientifiques, chercheurs et cliniciens de se taire. Parce que le vieillissement est un casse-tête et, pour le résoudre, nous avons besoin d'écouter attentivement ces infirmières, ces médecins, ces physiothérapeutes dont je suis, et tous ces professionnels et ces personnes intéressées par le sujet qui réfléchissent et travaillent à la préservation de la santé et de la qualité de vie de chacun.

En ce qui me concerne, mon âge n'est pas un sujet de discussion lorsqu'on me demande, à la radio ou en clinique, des conseils sur les processus de vieillissement, que ce soit la perte de masse musculaire, la diminution de l'équilibre ou le souci de préserver ses capacités physiques, cognitives et son autonomie.

Travaillons donc ensemble pour effacer cette frontière qu'on trace trop souvent entre les vieux et les jeunes, comme si la vieillesse était un pays duquel on exclut les autres ou soi-même.

J'aime bien croire qu'il n'y a pas de hiérarchies dans les opinions de chacun. Ne pensez-vous pas?

Madame Bertrand, je crois sincèrement que nos paroles ne doivent pas s'opposer, mais bien se compléter, et que l'espace public peut accueillir cette diversité d'opinions et d'expériences. J'espère que nous aurons un jour l'occasion d'en discuter ensemble.

Je lirai votre livre avec intérêt et j'espère que vous serez agréablement surprise en parcourant le mien.

Je vous souhaite sincèrement du bon temps, de la santé et tout l'amour des lecteurs et lectrices.

Denis Fortier est blogueur, conférencier et chroniqueur à la radio et à la télévision. Il est aussi l'auteur de guides pratiques destinés au grand public. Suivez le sur Facebook.

DU MÊME AUTEUR

- L'ABC des vertiges et des étourdissements

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Des aînés tatoués Voyez les images