LES BLOGUES
30/09/2016 02:18 EDT | Actualisé 30/09/2016 02:19 EDT

Le marché du carbone modernise l'économie du Québec

Déterminé à bâtir une économie moderne et durable, plus sobre en carbone et moins dépendante du pétrole d'ailleurs, le Québec s'est donné les moyens d'atteindre ses objectifs et fait aujourd'hui partie intégrante, avec la Californie, du plus grand marché du carbone en Amérique du Nord.

Le Québec est un leader dans la lutte contre les changements climatiques et le marché du carbone est la pierre angulaire de son approche. Déterminé à bâtir une économie moderne et durable, plus sobre en carbone et moins dépendante du pétrole d'ailleurs, le Québec s'est donné les moyens d'atteindre ses objectifs et fait aujourd'hui partie intégrante, avec la Californie, sixième économie du monde, du plus grand marché du carbone en Amérique du Nord. De plus, l'Ontario a adopté au printemps dernier un projet de loi pour mettre en place son marché dès janvier 2017 et prévoit le lier à celui du Québec et de la Californie. Dès lors, 50 % de l'économie canadienne et plus de 60 % de la population du Canada partageront le même système de tarification du carbone.

1. Le monde se mobilise à nos côtés

Au mois d'août, le Mexique a signé une entente avec le Québec et l'Ontario lors du Sommet des Amériques sur le climat à Jalisco visant une éventuelle liaison de son marché du carbone, prévue pour 2018, au marché Québec-Californie-Ontario. La Chine a déjà annoncé la mise en place de son marché du carbone pour 2017. Dans la dernière année, des délégations chinoises sont venues deux fois au Québec pour s'enquérir de notre expérience. La rencontre entre le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le premier ministre de la République populaire de Chine, Li Keqiang, le 23 septembre dernier, a été l'occasion de réaffirmer l'intérêt des deux gouvernements pour une collaboration climatique approfondie.

2. Nos efforts portent leurs fruits

L'équation se tient : par l'électrification des transports, nous parviendrons à réduire considérablement nos émissions de gaz à effet de serre et, par le fait même, la quantité de pétrole que nous consommons quotidiennement. Il faut noter qu'en 2014 seulement, le Québec a importé plus de 12 G$ de pétrole, ce qui représente la plus importante fuite de capitaux de notre balance commerciale.

3. Nous avons les moyens de moderniser notre économie

Au Québec, l'ensemble des revenus issus du marché du carbone est versé au Fonds vert afin d'investir dans des projets visant à soutenir les Québécoises et les Québécois, les villes et les entreprises dans la lutte contre les changements climatiques. Le marché du carbone a généré jusqu'à maintenant des revenus de plus de 1,2 G$ afin, notamment, de développer chez nous l'électrification des transports, les technologies vertes, l'efficacité énergétique, la gestion innovante de nos matières résiduelles et les énergies renouvelables. L'économie du Québec va bien et le marché du carbone y contribue.

4. Nos enfants comptent sur nous

Le marché du carbone modernise l'économie du Québec et fait de nous un leader climatique mondial. Il contribue à réduire nos émissions de GES en plus d'accélérer la transition vers une économie visionnaire, prospère et en santé.

Nous le devons à nos enfants ainsi qu'aux prochaines générations québécoises. Faisons-le pour eux!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les 10 villes les plus polluées au monde Voyez les images