LES BLOGUES
20/11/2018 08:10 EST | Actualisé 20/11/2018 14:25 EST

Le virtuose du polar québécois

Chaque voyage de l'ex-militaire devenu antiquaire se transforme en aventure périlleuse. Les événements se bousculent et les revirements de situation abondent.

Ces Femmes aux yeux cernés d'André Jacques est le sixième volet des aventures de l'antiquaire Alexandre Jobin. Loin de s'essouffler, l'un des ténors du polar d'ici livre son meilleur roman policier.

HuffPost Quebec

Le caïd de la mafia russe, Grigor Chukaliev, s'est procuré deux toiles de l'artiste espagnol Jordi Carvalho. Lorsqu'il découvre que ce sont des faux, il entreprend de se venger. La vitrine du commerce d'Alexandre Jobin sur le boulevard Saint-Laurent éclate sous l'impact d'un cocktail Molotov, une employée est blessée. L'autre galerie fautive, dans le Vieux-Montréal, est mitraillée. Jobin décide alors de se rendre en Europe pour acheter deux vrais tableaux à l'artiste et ainsi éviter une escalade de violence. L'ennui, c'est que le peintre catalan ne peint plus et qu'il semble s'être évaporé. Entre Barcelone et Paris, la chasse est ouverte! Mais qui est le gibier?

Pour le personnage principal et récurrent de cette série, c'est «business as usual». Il est forcé de quitter son commerce où il s'ennuie un petit peu, pour l'Europe. Il nous fait le coup dans tous les livres, comme si le roman était un prétexte pour se payer, à nos yeux de lecteurs assidus, des vacances qui n'ont ni repos ni répit!

Chaque voyage de l'ex-militaire devenu antiquaire se transforme en aventure périlleuse. Les événements se bousculent et les revirements de situation abondent.

Jobin est un loup solitaire, réticent à donner des informations au service de police, qui le soupçonne sans cesse de collaborer avec la mafia ou la pègre. Ici, il est suspecté d'avoir fourgué un faux tableau de maitre pour empocher l'argent.

L'antiquaire ne se doute pas que sa fille, la très dangereuse Pavie, rencontrée dans le roman précédent, le suit comme son ombre. Elle a passé un pacte de non-agression avec la pègre russe pour les protéger, elle et son père, et il semble bien que Chukaliev ait rompu le pacte.

Alexandre Jobin va sortir de cette histoire passablement amoché, mais le cœur content puisqu'il aura enfin pu renouer avec Chrysanthy, son amour perdu.

Le succès de la série Alexandre Jobin (le roman précédent, La Bataille de Pavie, s'étant vu attribué le prix du meilleur roman policier à St-Pacôme en 2016) semble avoir affiné un peu plus la méthode d'André Jacques.

Courtoisie

Avec Ces Femmes aux yeux cernés, il pousse un peu plus loin sa maîtrise de l'intrigue et livre le polar le plus accompli de la série. Il me prend l'envie de dire que l'auteur québécois est au sommet de son art, mais puisqu'il parvient à me surprendre d'un roman à l'autre, je soupçonne que le sommet est placé de plus en plus haut. Vertigineux!


André Jacques, Ces Femmes aux yeux cernés,Éditions Druide. Octobre 2018. 393 pages.